Crédit in fine (définition et analyse)

La définition de crédit in fine ? Quels sont les avantages ? Quels sont les inconvénients ? C’est quoi la défiscalisation dans le cadre d’un financement in fine ? Quel est le principe ? Combien ça coûte en taux d’intérêt ? Pourquoi faire une simulation ?

Le crédit in fine se définit comme le remboursement du capital total de l’emprunt souscrit à une date déterminée, et entre-temps le débiteur se consacre au paiement mensuel des intérêts du capital emprunté.

Un crédit in fine se souscrit, le plus souvent, en forme de prêt immobilier auprès des banques et des organismes de crédits.

La capital devant être dû à une échéance du crédit in fine peut être remboursable en plusieurs fois en fonction de la convention souscrite. De nombreux particuliers et entreprises utilisant le crédit in fine pour se financer demandent l’intégration d’une option d’allongement de la date de fin, impliquant également un paiement en intérêt complémentaire.

Le crédit in fine est parfois garanti par une hypothèque, par le nantissement d’un fonds de commerce ou par le nantissement d’un contrat d’assurance-vie.

Plus : On parle aussi d’un remboursement in fine pour désigner le fait que l’emprunteur rembourse totalement un capital en fin de contrat. Entre la date du déblocage du capital et le remboursement final, le paiement des intérêts est appliqué.

Cette forme d’emprunt est principalement usitée lors d’un projet immobilier locatif, plus rarement pour l’achat de sa résidence principale.

Attention : la solution in fine ne signifie pas que l’emprunteur est disposé à ne pas avoir un apport personnel.

Ce produit financier s’oppose ainsi au crédit amortissable.

Les inconvénients du crédit in fine sont :

  1. le taux d’intérêt est plus élevé (deux fois plus élevé en moyenne) que celui d’un crédit classique ;
  2. le coût total est élevé sans aucune possibilité de dégressivité des intérêts.

Les avantages du crédit in fine :

  1. la réduction fiscale via la déductibilité des intérêts payés mensuellement et annuellement sur l’impôt sur le revenu dans le cadre d’un investissement immobilier locatif ;
  2. la mensualité payée est deux fois moins élevée en moyenne (les intérêts sont deux fois plus chers en moyenne).

Les personnes concernées par ce dispositif sont :

  • les investisseurs locatifs souhaitant utiliser l’effet de levier fiscal ;
  • les expatriés et les non-résidents ;
  • les fortunées disposant d’un patrimoine immobilier élevé ;
  • les clients n’ayant pas la confiance de leur banque mais disposant de titres financiers à nantir – un capital.

Complément : Je recommande de lire Pourquoi utiliser le nantissement de valeurs mobilières ? dans le cadre d’un financement in fine.

Je conseille de réaliser des simulations gratuites en ligne via différents outils pour mesurer la faisabilité financière d’un projet d’un remboursement du capital principal à l’issue d’une période d’emprunt.

211 mois représente la durée moyenne d’un crédit immobilier en France, le saviez-vous ?

1.500 euros correspond à la mensualité moyenne d’un prêt immobilier en région Île-de-France, le saviez-vous ?

53.500 euros est l’apport personnel moyen d’un primo-accédant en France, le saviez-vous ?

37 ans représente l’âge moyen d’un emprunteur immobilier sur l’Hexagone, le saviez-vous ?

200.000 euros est le montant moyen emprunté en France, le saviez-vous ?

5.400 euros est le revenu moyen d’un foyer fiscal emprunteur sur l’Hexagone, le saviez-vous ?