questions-réponses Articles

Correction des prix immobiliers (définition)

Qu'est-ce qu'une correction immobilière ? Définition et explication.

Une correction immobilière correspond à une baisse du prix moyen au m² sur le marché immobilier d'une zone donnée et sur une période donnée.

Durée et niveau de baisse

Généralement, la périodicité d'observation se monte de 1 à 10  ans. La baisse est relative : en immobilier, à partir de 10 % de réduction du prix médian sur une période inférieure à 3 ans, on peut parler d'une correction.

Quant à l'effondrement, il est constaté à partir de 30 % de baisse sur une période inférieure à 5 ans – ces données sont relatives et indicatives.

Le marché cible peut être résidentiel ou commercial.

Phase corrective

Lors d'une phase corrective, l'offre de biens immobiliers excède la demande pressant ainsi les prix à la baisse. C'est une situation de retournement immobilier.

La correction intègre ainsi un cycle immobilier - série répétitive de hausses et de baisses sur une temporalité plus ou moins longue.

En toute probabilité, elle succède à la formation d'une bulle spéculative.

Chaque 10 ans

Les observations empiriques laissent à penser que tous les 10 ans une correction des prix immobiliers traverse le marché – cette donnée indicative ne permet pas de réaliser une prévision ou prédiction.

Bien évidemment, la nature et les caractéristiques du marché influent sur l'évolution des prix : résidentiel ; commercial ; luxe ; zone géographique et emplacement précis ; etc.

Haut et entrée de gamme 

Les biens d'exception ou les petites surfaces habitables bien placées sont, par exemple, plus protégés face aux soubresauts correctifs.

Pas vendu, pas perdu

Plus globalement, un acheteur investit sur le long terme pour réduire le risque d'une perte de valeur potentielle.

Taux d'intérêt à vérifier

Toutefois, le prix d'un bien immobilier est souvent associé au taux d'intérêt du crédit contracté pour en déterminer le coût global réel.

Autrement dit, le prix seul ne signifie pas grand‐chose si on n'intègre pas toutes les autres charges liées à l'acquisition – intérêts ; frais ; etc.- notamment pour faire des comparatifs réalistes et crédibles sur des périodes différentes.

Le taux d'inflation est aussi un facteur important pour comparer la réalité d'une baisse ou hausse.



Nizar FASSI a écrit 37503 articles

Responsable éditorial du média digital Rachatducredit.com depuis 2007.
Je tiens à remercier les sources et équipes du Larousse, les contributeurs de Wikipédia, les fonctionnaires du service public, les journalistes de Les Echos, Le Figaro, Le Point, Libération, Le Monde, AFP, AWP, Reuters, Agefi, La Tribune, Xerfi, etc.

Je remercie également toutes les autres sources moins connues que je cite et lie systématiquement.

Si vous constatez une erreur ou si vous êtes insatisfait, n'hésitez pas à me l'indiquer afin que je puisse rectifier (nizar.fassi@gmail.com).