Qui est Aviva (assurance) ?

Qui est Aviva ? Quel est le spectre d’activités de l’assureur ? Comment la structure va-t-elle évoluer ? Présentation, repères, données instructives et une ébauche de perspectives.

On va essayer de présenter l’expérience Aviva, une belle mécanique mondiale, en considérant son environnement global, dans un soucis d’objectivité relative.

1- Identité et chiffres

Aviva est une entreprise privée exerçant en tant qu’assureur global, dont le centre opérationnel se situe à Londres (Grande-Bretagne), présent sur les 5 continents.

Depuis sa constitution au XIXe siècle, la société d’assurance symbolise le rayonnement de la puissance de la City britannique dans le secteur prudentiel et financier mondial.

Elle est un trait d’union, un passage de témoins, entre l’ère industrielle et l’ère financière de la Grande-Bretagne, après de multiples péripéties douloureuses et historiques.

La proposition de valeur de Aviva réside autour du contrôle supposé du risque dans un environnement socio-économique imprévisible à destination des personnes physiques et morales, à l’échelle locale et globale.

29.600 salariés, 34 millions de clients assurés, 30 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an et 400 milliards d’euros d’actifs sous gestion en moyenne constatée constitue la brève matrice financière de la structure commerciale.

2- Épopée et développement

La conquête économique de l’assureur est basée sur une stratégie simple, claire et puissante : gérer des liquidités dans la durée en identifiant des besoins et en optimisant des services autour des expériences en risques de tout agent économique.

À partir de cet axiome, écrit en 1797, en plein développement de l’empire britannique, Aviva a su déployer sa toile internationale, avec pragmatisme et réalisme.

Impossible d’occulter le contexte terrible dans lequel la croissance anglaise et mondiale a été bâtie ; un cocktail de batailles, de guerres, de misère et de splendeur.

Une belle plantation nécessite un terrain fertile, un capital humain augmenté et des équipements productifs dans un cadre protégé et réglementé.

Les conflits ont toujours accompagné et jalonné le développement tout en essayant de réduire le niveau du risque inhérent à toute action humaine.

Heureusement, l’écosystème général a muté et s’est amélioré, 220 ans après, pour se situer sur un terrain de guerre purement commerciale, presque à la loyale.

Qui aurait pu imaginer, à une époque pas si lointaine, même un seul instant, que des assureurs britanniques pourraient protéger et garantir des remboursements de soins en France et ailleurs ?

Le vent de l’optimisme en l’avenir est donc de rigueur.

Peut-on contester raisonnablement que le progrès et l’amélioration des connaissances aient diffusé, peu à peu, un air de paix et de prospérité économique bénéficiant au plus grand nombre ?

Tout au moins, on essaie de s’en convaincre ou on tente d’espérer en partant du principe hypothétique que la transformation culturelle, naturelle ou forcée, hausse le bien-être ou réduit le mal-être individuel et collectif.

La compagnie d’assurance Aviva a justement cette dernière fonction utilité – la hausse souhaitée du bien-être – comme objectif ou promesse d’objectif à proposer au client final, dans l’espace des possibles, bien évidemment.

3- Les règles du jeu

Et surtout dans le cadre des règles du marché ; elle se doit d’apporter satisfaction à la fois à ses actionnaires, à ses clients et à ses salariés.

Un équilibre délicat tenant de la performance artistique, digne d’un funambule de haut niveau.

Pour parvenir à tenir sur la corde, les Britanniques ont justement essayé d’insuffler un climat d’affaires propice à l’épanouissement du commerce.

Plus vite que d’autres, ils ont compris très tôt la complexité et les contradictions de la nature humaine en adaptant leur culture au plus proche des réalités et des besoins ; la liberté et le commerce représentent la clé de voûte du modèle initial.

Injecter des règles du jeu et des lois sur un marché libre évolutif et encadré puis laisser les joueurs s’épanouir sans avoir aucune certitude sur l’issue des résultats, voilà donc un programme stimulant et aléatoire à bien des égards.

Au cours des années, les sujets de Sa Majesté ont, tout de même, ajusté le tir, par petites touches, en fonction de l’évolution des événements.

N’oublions pas qu’ils raffolent des Paris et des bookmakers dans tous les domaines : le calcul financier et assurantiel, c’est une spécialité locale.

Londres reste, tout de même, la capitale financière du forex - le  marché des changes dans lequel plus de 6.000 milliards de dollars s’échangent chaque jour -, dont la probabilité de perte s’élève à plus de 90 % pour les apprentis joueurs.

Autrement dit, le retour d’expérience en activités risquées et aléatoires, nos amis d’outre-Manche en connaissent un rayon et en ont fait une science rentable.

À 180 % en ratio de solvabilité et près de 30.000 employés en moyenne constatée, le Groupe Aviva respecte toutes les conditions de la solidité financière et sociale, de la culture so british dans un environnement restant complexe et difficile.

Le contexte et les circonstances du réel alourdissent toujours les contraintes et les marges de manœuvre ; on fait ce qu’on peut avec ce qu’il y a.

On ne peut que se féliciter de la performance exceptionnelle de l’entreprise car le défi originel – conquérir la confiance avec un service utile – n’est pas si évident.

4- Satisfaire au maximum, le Graal impossible

Qui aurait pu faire mieux et autrement ?

Les concurrents ? Le Français AXA ? L’Italien Generali ? L’Allemand Allianz ? L’Américain AIG ? Les mutuelles ? Les banques ? Les Fintech ? L’intelligence artificielle ? Les syndicats ? Les clients ?

Lorsqu’on fait le tour de la question, on se rend rapidement compte que la gestion optimale et juste d’une organisation commerciale reste une science aléatoire dans laquelle chaque acteur endogène et exogène souhaiterait un arbitrage plus favorable.

Difficile, néanmoins, de passer à côté des avalanches en milliards d’avis et de critiques, sur les assureurs, qu’on lit sur Internet et qu’on écoute dans les conversations sociales et professionnelles.

Cela reste naturel et compréhensible dans un secteur de l’assurance à forte attente en personnalisation et en performance mais à relativiser car aucun acteur commercial de poids n’est épargné.

Et c’est plutôt bon signe pour une entreprise, généralement ; c’est un indicateur permettant de savoir qu’on compte et que la clientèle est demanderesse de services encore plus performants.

Comment alors réduire les insatisfactions ? Peut-on consolider la relation clientèle ? Quels sont les outils utiles pour augmenter la productivité et la qualité ?

Avec la technologie de la donnée ? Le machine learning ? Les objets connectés ? La formation du capital humain ? L’identification et la réduction raisonnée des risques par la prévention ? La course à la taille ? La diversification ? La rationalisation des allocations d’actifs ? L’optimisation des ressources ?

Des questionnements et défis aussi nombreux que complexes que le management devra solutionner, sereinement et raisonnablement.



Les faits marquants, données fournies par les assureurs, les banques, l’INSEE et l’observation empirique :

  1. Aviva signifie renouveau ou printemps ;
  2. AXA est un actionnaire significatif de Aviva ;
  3. les principaux produits de Aviva sont l’assurance automobile, habitation, santé, l’épargne et l’assurance-vie ;
  4. la gestion d’actifs reste la pierre angulaire du business et de la rentabilité de Aviva ;
  5. le partenaire vital de Aviva en France : l’association AFER en assurance-vie ;
  6. le prix moyen constaté d’une assurance automobile en France : 600 euros par an ;
  7. le taux moyen net de rendement d’une assurance-vie en France : 2 % par an ;
  8. le tarif moyen d’une assurance habitation sur l’Hexagone : 300 euros par an ;
  9. le coût moyen d’une mutuelle santé en France : 70 euros par mois. Les seniors paient 200 euros mensuels en moyenne constatée pour une complémentaire de soins ;
  10. l’adresse du siège social de Aviva en France est au 80 avenue de l’Europe, 92270 Bois Colombes cedex et le numéro de téléphone est le 01.76.62.50.00 ;
  11. l’autorité de contrôle de Aviva est l’ACPR pour l’Hexagone ;
  12. l’entreprise Aviva est adhérente à la Fédération Française de l’assurance avec laquelle elle dispose d’un contact pour une médiation pour arbitrer paisiblement un litige non résolu entre un assuré et la compagnie.

Commentez cet article

Ou continuez la lecture

Nizar Fassi a écrit 37327 articles

Mathématicien de formation, je partage, avec passion pour la chose économique, des idées sur l'encyclopédie bancaire www.rachatducredit.com - à plus de 10 millions d'utilisateurs bancaires en France en 10 ans.
Vos commentaires sont encore plus lus et influents : vos expériences sont essentielles.
Pour mes écrits, je m'inspire de plus de 25 ans de lectures quotidiennes sur l'économie. Et je tiens à remercier les contributeurs de Wikipédia, les fonctionnaires du service public, les journalistes des Echos, Le Figaro, Le Monde, AFP, AWP, Reuters, Agefi, La Tribune, Xerfi, etc. et je remercie toutes les autres sources que j'ai pu découvrir. J'invite les internautes à visiter ces sites Internet de qualité et à s'abonner.

Un commentaire en rapport avec “Qui est Aviva (assurance) ?

  1. Nizar Fassi commente:

    Voici une actualité de Aviva du 1er octobre 2009 que j’avais mise en en ligne :

    Reversement aux souscripteurs de 2 fonds d’assurance-vie par Aviva ?

    Liquidation d’un litige sur des placements ?

    Pour régler un litige sur la distribution d’un contrat d’assurance-vie, la compagnie d’assurances britannique Aviva vient d’annoncer le reversement de 520 millions d’euros aux souscripteurs des contrats.

    Le litige résidait sur le non-reversement de profits gigantesques aux souscripteurs sur les placements réalisés par l’assureur.

Laissez une réponse, partagez votre avis ou mettez à jour des données de l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *