Le surendettement et la faillite personnelle

Le sur­en­det­te­ment, la failli­te impos­si­ble : faille d’un sys­tè­me ?

Comme vous avez pu lire ailleurs, le conseil éco­no­mi­que des citoyens Français a consta­té une aug­men­ta­tion énor­me des pro­blè­mes d’endettement et de sur­en­det­te­ment cet­te année. Les dif­fi­cul­tés d’endettement exces­sif ont aug­men­té de 20%. En outre, au cours des dix der­niè­res années, les pro­blè­mes de det­te ont dou­blé.

Il est clair que la gran­de majo­ri­té de ces det­tes sont pro­vo­quées par des prêts irres­pon­sa­bles. Je n’ai aucu­ne sym­pa­thie pour les per­son­nes qui arguent que c’est entiè­re­ment de la fau­te des emprun­teurs. Cela vou­drait dire que des mil­lions
de per­son­nes sont res­pon­sa­bles de ce phé­no­mè­ne de sur­en­det­te­ment ?

Non. L’irresponsabilité, vient clai­re­ment
des ban­ques et du pou­voir poli­ti­que.

La majo­ri­té de per­son­nes qui récla­ment des emprunts ban­cai­res ne connais­sent pas
les effets qu’ils ont sur l’économie du à cau­se leur pro­blè­me d’endettement.

Voici ma posi­tion :

Certains cla­ment qu’il est de la res­pon­sa­bi­li­té de l’individu seul de res­ter res­pon­sa­bleet qu’il ne méri­te aucun appui, ni aide pour sor­tir des dif­fi­cul­tés.

Cette « vision » de la situa­tion est une myo­pie de l’économie. Si les gens ne peu­vent pas contrô­ler leur argent cor­rec­te­ment ils devraient être pro­té­gés, non aban­don­né pour morts. Premièrement, nous devons nous rap­pe­ler qu’aucun gou­ver­ne­ment n’a pré­sen­té un pro­jet d’enseignement des finan­ces per­son­nel­les à l’école, qui pour­rait amé­lio­rer la connais­san­ce des citoyens sur ces sujets. 
En outre, nous devons consi­dé­rer la contri­bu­tion que les débi­teurs rap­por­te­raient à l’économie et à la pro­duc­ti­vi­té natio­na­le, s’ils devaient sor­tir de l’endettement.

On consta­te que beau­coup d’artisans habi­les, avo­cats com­pé­tents, den­tis­tes expé­ri­men­tés et tra­vailleurs assi­dus n’ont aucu­ne qua­li­fi­ca­tion sur la ges­tion de l’argent, et
avez par consé­quent accu­mu­lé un niveau dan­ge­reux de det­te. En consé­quen­ce ils devien­nent sou­mis à des contrain­tes et pres­sions, et ne peu­vent plus exé­cu­ter leurs rôles cor­rec­te­ment. Mais nous avons besoin de ces per­son­nes et de leurs qua­li­fi­ca­tions, ain­si cet effet est nui­si­ble à tous, et cela arri­ve par mil­lions en ce moment. 

Certains pen­sent que trop de débi­teurs ont jus­te des det­tes d’accumulation et de dépen­ses per­son­nel­les pour leur pro­pre plai­sir.. .

Cette idée est tota­le­ment faus­se. La majo­ri­té des cas qui sont sur­en­det­tés y arri­vent invo­lon­tai­re­ment (chô­ma­ge, mala­die.. .), et ils sont hon­teux, et dépri­mes à cau­se de ce pro­blè­me. En outre, ils veu­lent en sor­tir s’ils peu­vent. Ils ont besoin de notre appui. 

Le coût de leurs prêts ban­cai­res était trop éle­vé et ils ont dû se rabat­tre sur des cré­dits pour rem­bour­ser les emprunts exis­tants…
Les ban­ques ont accor­dé des cré­dits aux meilleurs taux du mar­ché à ceux qui en ont le moins besoin.. .et les autres ont été asso­mé par des taux pro­hi­bi­tifs !

Les per­tes qu’elles ont fai­tes avec des créan­ces irré­cou­vra­bles ont été supé­rieur que l’intérêt sup­plé­men­tai­re payé par ces débi­teurs.

(l’explosion des det­tes a été pro­vo­quée entiè­re­ment par la mau­vai­se ges­tion des ban­ques des det­tes occa­sion­nel­les. Le blâ­me est entiè­re­ment dû à leurs reflexions avi­des, pas à cel­le des emprun­teurs. Pourquoi une ban­que ne ferait-elle pas des béné­fi­ces décents ? ?. )

Le gou­ver­ne­ment est le plus grand cou­pa­ble, par­ce qu’il a déli­bé­ré­ment créé un sys­tè­me d’emprunt faci­le (consom­ma­tion, revol­ving, réser­ve d’argent.. ) pour inci­ter des per­son­nes à dépen­ser plus. Ceci a été fait afin de fai­re croi­tre arti­fi­ciel­le­ment la crois­san­ce.. .

En rai­son de la faci­li­té d’emprunt et de ne rien fai­re pour rete­nir les ban­ques ou ins­trui­re les citoyens, de plus en plus de per­son­nes ont dans des posi­tions finan­ciè­res dan­ge­reu­ses. Par consé­quent il est deve­nu indis­pen­sa­ble de leur offrir une sor­tie de cri­se défi­ni­ti­ve pour leur bien-être men­tal. C’est pour­quoi la crea­tion de lois de failli­te per­son­nel­le est une bon­ne cho­se à fai­re.

Ainsi, si vous lut­tez avec la det­te, il y a des mil­lions de gens com­me vous qui sont tom­bés dans des pério­des dif­fi­ci­les, pour une rai­son ou uneau­tre, et qui méri­tent de l’aide.

Je dou­te que cet arti­cle fas­se chan­ger les idées pré-conçues de beau­coup de gens mais si ça peut fai­re chan­ger une men­ta­li­té, ça sera déjà ça de gagner.. .

admin a écrit 175 articles

admin

3 commentaires en rapport avec “Le surendettement et la faillite personnelle

  1. sylvain de pau commente:

    Bonjour,

    je suis au bord de la failli­te per­son­nel­le. nous som­mes dans le rou­ge ban­cai­re cha­que mois, nous avons des agios extrê­me­ment dif­fi­ci­le à payer. la ban­que en pro­fi­te. nous avons mal­heu­reu­se­ment contrac­té des petits cré­dits à la consom­ma­tion à cau­se des publi­ci­tés allé­chan­tes que l’on reçoit dans notre boî­te au let­tre. on a contrac­té chez Sofinco, Cetelem, et on a pris car­te avec réser­ve d’argent chez la Banque Accord. c’est vrai que l’on a bien pro­fi­té voi­tu­re, vacan­ce, télé­vi­seur neuf, sorties.…mais main­te­nant il faut rem­bour­ser tout cela, et c’est loin d’être évi­dent. d’autant plus, que nous som­mes un jeu­ne cou­ple, et que l’on a ache­té il y 2 ans un petit stu­dio dans la ban­lieue de Pau. donc bien enten­du, on a dû pour cela sous­cri­re à un cré­dit immo­bi­lier.
    donc je cher­che à sous­cri­re à rachat de prêt immo­bi­lier joint avec mes peti­tes det­tes de cré­dit à la com­ma­tion, est-ce pos­si­ble ? ou puis-je fai­re cet­te deman­de de finan­ce­ment ban­cai­re à des socié­té de rachat de cré­dit ?

    mer­ci d’avance pour votre aide.

  2. laure commente:

    Bonjour syl­vain,

    le mieux pour sor­tir de l’endettement est la métho­de du rachat de cré­dit. c’est à dire le regrou­pe­ment de tous vos cré­dits, que ce soit immo­bi­lier ou consom­ma­tion, uni­fiés en une men­sua­li­té adap­tée à votre capa­ci­té de rem­bour­se­ment men­suel. c’est à dire que vos reve­nus per­met­tent de rem­bour­ser vos det­tes.

    vous avez un for­mu­lai­re sur cet­te page pour fai­re une deman­de gra­tui­te­ment de rachat de cré­dit. les répon­ses sont rapi­des et per­met­tent d’obtenir un aper­çu des pos­si­bi­li­tés et une éven­tuel­le solu­tion à votre desen­det­te­ment.

  3. aurelie commente:

    Bonjour j’ai 25 ans a mes 21 ans j’ai quit­ter mes parents car j’ai pôr­te un main cou­ran­te contre lui ensui­te je me suis rte­trou­ve en foyer de jeu­nes tra­vailleurt a lepo­que je tra­vaillais en tant que aide a domi­ci­le je tou­chais envrion 1200 euros de salai­re tout allais bien un jour j’ai fait un pre­mier cré­dit pour une consom­ma­tion per­son­nel de envrion 2000 euros et quel­que temps plus tard j’ai per­du des employeur je gagnais beau­coup moins fal­lais que je paye mon loyer me nour­ri­se met­te mon essen­ce je me suis même retrou­vé sans mutuel­le sans assu­ran­ce je ne pou­vais plus rien payé ensui­te j’ai deme­na­gé et je me suis retrou­vé avec un hom­me cet hom­me ma deman­der de fai­re des cré­dit à mon nom et moi sous lem­pri­se de sa vio­len­ce je le fai­sais a l’heure d’aujourdui je tra­vaille mais­ne peut tou­jours pas payer mes det­tes qui sont très nom­breu­se envrion 26000euros on m’a déjà par­ler de failli­te per­son­nel mais moi je ne peux pas fai­re de rachat de cré­dit les men­sua­li­té serai trop élé­vé qaue dois-je fai­re aidez-moi a mon mail mer­ci de votre aide

Laisser une réponse ou participer à mettre à jour des données de l'article

Votre adresse email ne sera pas publiée

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>