Comment miser sur la valeur lors d’un investissement boursier ?

La diver­si­té des inves­tis­se­ments est un clas­si­que de l’arbitrage pour une socié­té de pla­ce­ment ou un agent éco­no­mi­que ration­nel qui sou­hai­te réus­sir sur les mar­chés. Est-ce vrai­ment la solu­tion pour évi­ter de per­dre de l’argent ? Quid de la valeur, des fon­da­men­taux et du bon sens ?

investisseur-avise

L’observation sur une lon­gue pério­de des flux finan­ciers et les prin­ci­pes empi­ri­ques qui en décou­lent finis­sent par ces constats sim­ples et de bon sens :

  1. diver­si­fier le por­te­feuille quel­le que soit la sur­fa­ce finan­ciè­re et l’étendue des clas­ses d’actifs (mar­chés finan­ciers, matiè­res pre­miè­res, immo­bi­lier, entre­pri­ses PME cotées peu connues du grand public…) ;
  2. miser sur des valeurs finan­ciè­res dont les entreprises/secteurs n’ont plus aucun secret pour l’investisseur. Aimer le pro­duit ou le ser­vi­ce des entre­pri­ses sur les­quel­les on a inves­ti repré­sen­te un élé­ment favo­ra­ble ;
  3. connaî­tre les réa­li­tés des pra­ti­ques mana­gé­ria­les et psy­cho­lo­gi­ques des direc­tions des entre­pri­ses et des fonds de pla­ce­ment pour mieux com­pren­dre les inten­tions et les pro­jets à venir ;
  4. être flexi­ble et réac­tif à la réa­li­té éco­no­mi­que et aux chan­ge­ments bru­taux. La psy­cho­ri­gi­di­té est un défaut sur des mar­chés finan­ciers en plei­ne muta­tion.

Pourquoi pri­vi­lé­gier les inves­tis­se­ments sur les entre­pri­ses qu’on suit sur une lon­gue pério­de ?

Pour inves­tir dans une entre­pri­se, il faut tout savoir sur elle : les dif­fi­cul­tés des res­sour­ces humai­nes, les poten­tia­li­tés, les pro­blè­mes inter­nes et l’ensemble des don­nées finan­ciè­res et tech­ni­ques.

Connaître les diri­geants du sec­teur d’activité avec les dif­fé­rents rap­ports de for­ce, les pers­pec­ti­ves de crois­san­ce, les réel­les com­pé­ten­ces du mana­ge­ment, la sta­bi­li­té du cadre juri­di­que des acti­vi­tés com­mer­cia­les sont des don­nées dis­po­ni­bles et indis­pen­sa­bles à acqué­rir avant tou­te pri­se de déci­sion d’investissement.

Un appren­tis­sa­ge méti­cu­leux et lent des us et cou­tu­mes des entre­pri­ses cotées et des pra­ti­ques des mar­chés appor­te­ra une garan­tie sup­plé­men­tai­re à l’investisseur pour déjouer les piè­ges clas­si­ques de l’inexpérience et des biais cog­ni­tifs : pré­ci­pi­ta­tion, frus­tra­tion et per­cep­tion sont à cana­li­ser.

Le mil­liar­dai­re amé­ri­cain Warren Buffet a d’ailleurs pré­co­ni­sé des stra­té­gies basées sur l’analyse des fon­da­men­taux d’une valeur dans une logi­que de long ter­me et de bon sens.

Ces conseils judi­cieux d’investisseur avi­sé ont été payants au regard d’un par­cours qua­si­ment sans aucu­ne fau­te dans la jun­gle insta­ble des bour­ses mon­dia­les.

La valeur ajou­tée tirée de la connais­san­ce acqui­se, après un tra­vail d’expertise, est un atout par rap­port à des inves­tis­seurs qui se plon­gent uni­que­ment sur l’évolution des cour­bes des actions.

Dans le cas d’un inves­tis­seur qui sou­hai­te­rait inves­tir uni­que­ment sur l’ana­ly­se des bilans finan­ciers, en met­tant de côté l’étude de la valeur dans sa glo­ba­li­té, il sera judi­cieux d’investir sur les actifs béné­fi­ciai­res depuis au moins une décen­nie : véri­fier que tous les cadrans ana­ly­ti­ques pré­vi­sion­nels soient au vert pour les années à venir.

C’est dans ce cadre qu’il fau­dra débu­ter une réflexion sur un inves­tis­se­ment finan­cier sur une entre­pri­se ou sur un fonds de pla­ce­ment.

Pourquoi pas bat­tre, un jour, les consen­sus des ana­lys­tes et les machi­nes intel­li­gen­tes uti­li­sées dans les sal­les de tra­ding avec le bon sens ?

Nizar Fassi

Nizar Fassi a écrit 37327 articles

Mathématicien de formation, je partage, avec passion pour la chose économique, des idées sur l'encyclopédie bancaire www.rachatducredit.com - à plus de 10 millions d'utilisateurs bancaires en France en 10 ans -.
Vos commentaires sont encore plus lus et influents : vos expériences sont essentielles.
Pour mes écrits, je m'inspire de plus de 25 ans de lectures quotidiennes sur l'économie. Et je tiens à remercier les contributeurs de Wikipédia, les fonctionnaires du service public, les journalistes des Echos, Le Figaro, Le Monde, AFP, AWP, Reuters, Agefi, La Tribune, Xerfi, etc. et je remercie toutes les autres sources que j'ai pu découvrir. J'invite les internautes à visiter ces sites Internet de qualité et à s'abonner.

Laisser une réponse ou participer à mettre à jour des données de l'article

Votre adresse email ne sera pas publiée

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>