Banquier de luxe : le Family Officer (définition)

La définition de la Family Office : c’est une personne morale, spécialisée dans les affaires financières, mettant un ensemble de processus sociaux et financiers à la disposition de familles fortunées. Les gestionnaires patrimoniaux offrent une gamme plus complète de services pour atteindre cette dénomination.

Le but est de gérer et de faire fructifier, de manière optimale, un patrimoine sur le long terme tout en étant très attentif aux besoins sociaux des clients. Elle gère le cadre patrimonial en ayant une vue transversale entre les enjeux économiques des actifs possédés et les rapports tant familiaux qu’amicaux.

Les hommes-clés préfèrent, parfois, déléguer des aspects personnels et financiers à une family office pour se focaliser sur des projets tendus, pointus et vitaux.

Définition du family officer : il s’agit du gestionnaire de patrimoine dédié à une famille cliente du family office. Les grandes fortunes le mandatent pour être à la cime de l’ensemble des conseillers financiers. Jamais à tâtons, le family officer doit maîtriser un portefeuille multiforme tout intégrant les prééminences économiques, légales, successorales/patrimoniales, sociales et politiques.

Les services varient fortement d’un conseil à un autre en fonction des besoins des familles. Cette activité permet également de solidifier une cohésion familiale parfois mise à mal en instillant une dose de neutralité, de sur-mesure et d’efficacité.

Les services apportés sont légèrement différents des sociétés de gestion de fortune, du Wealth management et des services financiers en private banking.

Les professionnels apportent un service complémentaire aux familles en se juxtaposant ou en se coordonnant avec d’autres intervenants classiques comme les notaires, les fiscalistes, les experts-comptables, les banquiers, les avocats, les gestionnaires et les autres hommes de confiance.

Le family office propose la prise en charge des affaires plus personnelles comme des prestations de services pour les enfants, des organisations de vacances, de voyages d’affaires, etc.

En France, il se développe et se généralise différent strate de service bancaire : gamme populaire à la gamme de la haute fortune. Le service du “family office” se concentre sur ce dernier échantillon des usagers de banque.

Le conseiller de l’agence d’une petite commune n’aura jamais la charge d’un portefeuille d’un millionnaire.

Certaines banques essayent de généraliser la banque privée à un large panel de clients pour justifier des factures plus élevées n’entrant plus dans le cadre de la grille tarifaire d’une agence classique.

La gestion patrimoniale,  la banque privée et la gestion de fortune sont des services bancaires dédiés à une clientèle qui possède un patrimoine dépassant 500 000 euros au minimum. Le calcul se base en tenant compte des capitaux nets et/ou des actifs immobiliers, valeurs mobilières, biens d’exception). Il faut être attentif à l’ensemble des frais avant de s’engager dans un contrat de gestion ou accepter un investissement dans un produit d’assurance-vie ou de tout placement (mesurer les frais et les risques).

Les très hautes fortunes familiales se définissent par toute famille possédant plus de 5 millions d’euros en patrimoine global.

Plus :

Des frais, des commissions et des rétrocommissions sont prélevés par ces prestataires de services financiers qui peuvent atteindre 1 à 2 % de la valeur patrimoniale confiée par année de gestion.

Si la situation le permet, il sera plus judicieux de gérer son propre patrimoine en bonne intelligence via des outils de bon sens et de diplomatie. Il n’existe pas meilleur gestionnaire que le propriétaire d’un portefeuille.

L’intervention de spécialistes peut être ponctuelle en fonction de besoins spécifiques à moins d’une excellente relation de confiance et des garanties contractuelles informant que les rendements annuels seront obligatoirement supérieurs aux frais de gestion.

Les promesses de taux de rendement et de rentabilité élevés (et sans risque) par des entreprises sont à prendre avec précaution et prudence. Se faire accompagner par un système informatique d’aide à la décision financière semble être primordial pour à la fois évaluer les risques et vérifier la pertinence des conseils extérieurs.

Commentez cet article

Ou continuez la lecture

admin1 a écrit 43 articles

Laissez une réponse, partagez votre avis ou mettez à jour des données de l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *