Titres financiers EMTN (Euro Medium Term Notes) ou MTN (définition)

Quelle est la définition d’un titre financier EMTN ou MTN ? Quelle est le fonctionnement de l’EMNT ? Pouvez-vous expliquer à l’aide d’un exemple concret une opération d’investissement dans un EMTN ? Quels sont les risques de perte ? Comment engranger des rendements selon son aversion au risque ?

Définition de EMTN :

Il s’agit d’un bon de souscription permettant à une entité de prêter des avoirs en contrepartie d’un taux d’intérêt tout en bénéficiant d’une variabilité sur le capital prêté en fonction de l’évolution d’un cours d’une action, d’une monnaie de référence, d’un indice ou d’un panier d’actions durant la durée du contrat à terme.

EMTN vient de l’anglais Euro Medium Term Notes. C’est la version européenne du produit financier MTN que l’on retrouve en abondance sur le marché américain.

Veuillez consulter ces publications pour vous aider à comprendre comment gérer les risques financiers :

  1. gestion financière des risques ;
  2. miser sur la valeur ;
  3. gestion des actifs par un professionnel de la finance.

Quel est l’avantage du EMTN ?

La variété des propositions sur les plate-formes financières permet de souscrire sur des périodes courtes ou longues – 3 mois, 6 mois, 2 ans, 5 ans, etc. – et de faire évoluer le capital prêté en fonction de ses calculs de risque.

Il faut lire attentivement chaque contrat à terme avant de s’engager pour :

  • ne pas perdre son capital sans comprendre pourquoi ;
  • ne pas se faire rembourser ses capitaux prêtés en titres financiers non souhaités.

Quel est le risque de perte ?

Comme je l’ai indiqué dans la définition, le contrat EMTN impose, le plus souvent, une variabilité du capital prêté sur l’évolution :

  1. d’un indice ;
  2. du cours d’une action d’entreprise ;
  3. d’un panier d’actions ou d’indices ;
  4. d’un taux obligataire ;
  5. d’un taux de référence comme le taux euribor ;
  6. d’un trackers ;
  7. etc.

Si l’indicateur de référence perd 50 %, le capital prêté sera également déprécié de la même proportion.

L’exemple illustratif ci-dessous vous aidera à calculer les pertes ou les gains.

Pourquoi cet adossement à l’évolution d’un indicateur financier ?

“Le temps, c’est de l’argent” dit le proverbe financier connu à travers le monde.

Le temps du contrat est une périodicité que le prêteur souhaite utiliser en termes de rendement du capital.

C’est sur ce principe que le prêteur de deniers se transforme subitement en un investisseur sur les marchés financiers. C’est la base différenciatrice entre un emprunt obligataire et un contrat EMTN. 

Le souscripteur souhaite bénéficier d’un double gain.

Le premier gain, toujours à valeur positive, est le taux d’intérêt fixe ou variable perçu sur le capital prêté.

Si le taux de souscription est variable, il est formulé par un taux de référence plus un différentiel. En général, c’est le taux euribor plus x.

L’espérance d’un second gain est basée sur un calcul spéculatif qui a pour finalité d’adosser la valeur du capital prêté à l’évolution du cours d’une valeur boursière (action d’une entreprise, indice, cours d’une matière première, une monnaie) durant la durée du contrat en fonction de ses prévisions.

Le souscripteur aura donc deux éléments à calculer :

  1. le taux d’encaissement à intérêt positif certain dit taux de rendement du bon de souscription ;
  2. le différentiel positif ou négatif en fonction de la position prise sur un actif financier.

Exemples concrets de contrat que j’ai réalisé pour vous aider à comprendre :

Je prête 1000 euros à une entité E durant un an.

Le contrat EMNT que j’ai contracté indique que :

  1. le débiteur devra me payer le taux euribor (12 mois) + 2 points à la fin de la période ;
  2. le capital rendu devra tenir compte de l’évolution du CAC 40 durant les 12 mois.

Si le CAC 40 gagne de 10 %, l’emprunteur devra payer :

  1. les intérêts gagnés du taux euribor 12 mois (1 %) + 2 points, en l’occurrence 30 euros car (1 + 2) = 3 % de 1000 euros ;
  2. 100 euros grâce au 10 % de l’évolution du capital que j’ai adossé à l’évolution du CAC 40.

Le gain de l’exemple donne 130 euros de gain pour 1000 euros de capital prêté. Soit 13 % de rendement.

Si le CAC 40 aurait perdu 50 %, j’aurai alors perdu 500 euros – 30 euros = 470 euros.

Existe-t-il un contrat financier plus simple à comprendre et moins risqué ?

Si un souscripteur ne souhaite pas risquer une perte de capital sur une position, il lui est conseillé alors de diriger ses placements financiers sur un livret A, sur l’assurance-vie, sur le marché obligataire pour le cours, moyen et long terme.

Concernant le marché obligataire, le contrat entre l’émetteur et le souscripteur est simple à comprendre, mais à bien lire la position du prêteur en cas d’impayé : en dette junior, en dette mezzanine, en bail-in ou en dette senior. Les définitions de ces clauses sont indiquées ci-dessous.

Plus la note des agences de notation sera élevée sur une entité émettant un contrat EMTN (ainsi que le sous-jacent) ou un titre obligataire, plus le remboursement de la dette sera théoriquement plus sûr.

Certains prêteurs préfèrent investir sur un panel d’obligations pour diversifier les risques et les rendements.

Pour se couvrir d’un risque sur des créances, les emprunteurs achètent, en même temps, des contrats d’assurance CDS pour se couvrir des défauts de paiement ou d’une détérioration d’une entité.

Pour les obligations à rendement élevé, vous pouvez lire : high yield bonds.


Lexique financier pour mieux comprendre les subtilités de certaines clauses dans un contrat de créance.

 

Définition de créance senior ou de dette senior : c’est une créance prioritaire à rembourser par un emprunteur. Cette priorité juridique en un ordre préférentiel de remboursement entre plusieurs créanciers survient en cas de difficultés de paiement par une entité.

 

Définition d’un titre de créance junior ou de dette junior : créance ayant une priorité secondaire de remboursement face aux autres créanciers. La force juridique de ce contrat est donc plus faible qu’une créance dite senior.

 

Définition de dette mezzanine : c’est une créance secondaire à fort rendement dédiée, en général, à des nouvelles sociétés ou à des sociétés en difficulté ayant besoin de capitaux pour gagner du temps – lire : LBO (leverage buy-out) .

Il peut y avoir un risque de perdre les capitaux prêtés si le créancier n’adosse pas des actifs tangibles pour recouvrir les impayés.

Remarques : Les lettres de créance, en général, peuvent comporter un mix entre une obligation de convertibilité en numéraire ou une obligation de convertibilité en actions d’une entreprise (ou OBSA). 

Il faut donc faire attention aux clauses du cash settlement. C’est-à-dire vérifier la clause de remboursement en physique (actions) ou en cash.

 

Définition de bail-in : perte concédée par le créancier de la valeur du capital d’une créance au profit d’un débiteur – un établissement bancaire – afin de lui faciliter au remboursement d’une partie de la dette globale à devoir à un ensemble de créanciers.

 

Définition d’appel de marge sur les marchés financiers : paiement en physique ou en devises en faveur d’un cocontractant d’un contrat à terme pour combler le montant d’une perte de capitaux subie suite à une évolution défavorable d’un cours boursier.

La clause d’appel de marge doit être indiquée au contrat et être lu avec une grande attention. C’est une clause essentielle et fortement utilisée par les gestionnaires de collatéraux, sur le marché des dérivés et les marchés de gré à gré.

 

Définition financière de remboursement ou d’un paiement en physique : c’est le fait de rembourser un créancier par des titres financiers au lieu d’un paiement en espèces libellés par une devise monétaire précise. Cette clause doit avoir été préalablement acceptée lors de la souscription d’une obligation, d’un contrat à terme ou d’une opération de repo.

Il existe le marché du repo qui est attractif financièrement pour des placements à court terme si et seulement si le prêteur négocie bien l’appel de marge et les clauses.



Voici une question d’un usager de banque datant de 2010 qui illustre le besoin des ménages à vouloir placer capital de manière sécurisée.

Qu’est-ce qu’un l’épargne placée sur un livret ?

L’épargne déposée sur un livret est une forme de compte à vue rémunéré ou un livret d’épargne. Il peut s’agir d’un livret réglementé.

L’objectif de l’épargnant est de sécuriser le dépôt et d’obtenir une rémunération sur le capital.

Nizar Fassi a écrit 37327 articles

Mathématicien de formation, je partage, avec passion pour la chose économique, des idées sur l'encyclopédie bancaire www.rachatducredit.com - à plus de 10 millions d'utilisateurs bancaires en France en 10 ans -.
Vos commentaires sont encore plus lus et influents : vos expériences sont essentielles.
Pour mes écrits, je m'inspire de plus de 25 ans de lectures quotidiennes sur l'économie. Et je tiens à remercier les contributeurs de Wikipédia, les fonctionnaires du service public, les journalistes des Echos, Le Figaro, Le Monde, AFP, AWP, Reuters, Agefi, La Tribune, Xerfi, etc. et je remercie toutes les autres sources que j'ai pu découvrir. J'invite les internautes à visiter ces sites Internet de qualité et à s'abonner.

Laisser une réponse ou participer à mettre à jour des données de l'article

Votre adresse email ne sera pas publiée

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>