questions-réponses Articles

Immobilier commercial : bureaux, hôtel, centres commerciaux

L'immobilier commercial va mal à cause du peu de crédit disponible sur le marché du financement et du refinancement. L'achat d'immeubles, la construction de centres commerciaux, l'acquisition d'hôtels ou l'achat de locaux commerciaux sont pratiquement impossibles à financer pour les sociétés d'investissement immobilier (SIC, SCPI, OPCI, SIIC, SCI, FPI, SPPICAV..).Les fonds d'investissement en immobilier ont le crédit à sec tout comme les investisseurs particuliers. Le tour de vis est sévère.

Nombre de ces sociétés de placement immobilier auront du mal à passer le cap de l'année prochaine à cause d'un besoin de remboursement d'emprunt dit refinancement d'emprunt. La vente de leurs actifs à prix bradés est presque un passage obligé pour se refaire une santé financière. Les actionnaires des fonds communs risquent de boire la tasse.

Tout le monde a eu son aide financière pendant la crise économique : banque, secteur automobile, compagnie d'assurances…et les promoteurs immobiliers désirent aussi un soutien financier pour limiter leurs pertes financières. On assiste à un spectacle inédit et incroyable : "une nationalisation sans nationalisation" de tous les secteurs de l'économie (aucune prise de participation n'a été faite par l'état).

Le libéralisme capitule devant une gigantesque mendicité des multinationales. Mais où sont‐ils les cassandre de la libre entreprise et du libre marché ? Mais où sont‐ils les dirigeants qui ne juraient que par les mérites du travail sans interventionnisme de l'état providence ? Où se trouvent ceux qui n'avaient que du mépris pour "les salariés médiocres et autres fainéants de la société" qui ne jurent que par l'aide et la mendicité ? Ils se retrouvent à demander de l'argent aux contribuables moyens.



Nizar FASSI a écrit 37503 articles

Responsable éditorial du média digital Rachatducredit.com depuis 2007.
Je tiens à remercier les sources et équipes du Larousse, les contributeurs de Wikipédia, les fonctionnaires du service public, les journalistes de Les Echos, Le Figaro, Le Point, Libération, Le Monde, AFP, AWP, Reuters, Agefi, La Tribune, Xerfi, etc.

Je remercie également toutes les autres sources moins connues que je cite et lie systématiquement.

Si vous constatez une erreur ou si vous êtes insatisfait, n'hésitez pas à me l'indiquer afin que je puisse rectifier (nizar.fassi@gmail.com).