Agrandir la superficie habitable par extension et surélévation du grenier

Une super­fi­cie non habi­ta­ble au gre­nier ne per­met pas de pro­fi­ter de cet espa­ce, et ne peut pas être inclu­se dans le cal­cul du métra­ge par la loi Carrez en cas de ven­te du bien immo­bi­lier.

Je sou­hai­te agran­dir notre espa­ce habi­ta­ble par une exten­sion de la toi­tu­re. Un archi­tec­te m’a conseillé de réa­li­ser une sur­élé­va­tion du gre­nier pour éten­dre l’espace de loi­sirs ou la créa­tion d’une cham­bre au der­niè­re éta­ge de la mai­son.

Après met­tre ren­sei­gner sur le chan­tier de sur­élé­va­tion,il s’agit d’un exten­sion de mai­son puisqu’elle sera joint à une construc­tion de véran­da.Puis-je avoir un cré­dit tra­vaux d’extension de toi­tu­re avec un cré­dit auto en une seule men­sua­li­té ?  Je sou­hai­te un finan­ce­ment dou­ble en un. En cas d’objectif de ven­te du bien immo­bi­lier, dois-je le signa­ler à la ban­que ?

Réponse : La sur­élé­va­tion du gre­nier est un levier, de plus en plus répan­du, per­met­tant d’accroître la super­fi­cie d’une habi­ta­tion à moin­dre frais. Il faut pro­fi­ter de ce type de tra­vaux pour agran­dir et valo­ri­ser la mai­son. D’autant plus lorsqu’il y a un objec­tif de ven­te. Même sans cet­te impli­ca­tion finan­ciè­re, amé­lio­rer un habi­tat et ren­dre uti­li­sa­ble une super­fi­cie habi­ta­ble cor­res­pon­dent à des actions socia­les posi­ti­ves.

Dans ce cas, un cré­dit per­son­nel non affec­té est à deman­der à l’éta­blis­se­ment finan­cier en expli­quant vos deux pro­jets : exten­sion de toi­tu­re et prêt auto. Il est décon­seillé de cumu­ler deux cré­dits à la fois, il est pré­fé­ra­ble de pas­ser par un prêt per­son­nel non affec­té pour réunir en un cré­dit les deux poches impor­tan­tes de dépen­ses.  Bien évi­dem­ment, si vous pou­vez payer au comp­tant, c’est tou­jours mieux pour évi­ter un endet­te­ment.

En effet, il vaut mieux signa­ler au ban­quier l’objectif de ven­te de votre mai­son. ce qui réduit le ris­que pour la ban­que puis­que le rem­bour­se­ment sera pro­ba­ble­ment effec­tif une fois la ven­te immo­bi­liè­re contrac­tée. La ban­que peut for­mu­ler une clau­se de rem­bour­se­ment anti­ci­pé en fonc­tion de l’événement pré­cis de la ven­te du bien immo­bi­lier.

Nizar Fassi a écrit 37327 articles

Mathématicien de formation, je partage, avec passion pour la chose économique, des idées sur l'encyclopédie bancaire www.rachatducredit.com - à plus de 10 millions d'utilisateurs bancaires en France en 10 ans -.
Vos commentaires sont encore plus lus et influents : vos expériences sont essentielles.
Pour mes écrits, je m'inspire de plus de 25 ans de lectures quotidiennes sur l'économie. Et je tiens à remercier les contributeurs de Wikipédia, les fonctionnaires du service public, les journalistes des Echos, Le Figaro, Le Monde, AFP, AWP, Reuters, Agefi, La Tribune, Xerfi, etc. et je remercie toutes les autres sources que j'ai pu découvrir. J'invite les internautes à visiter ces sites Internet de qualité et à s'abonner.

Laisser une réponse ou participer à mettre à jour des données de l'article

Votre adresse email ne sera pas publiée

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>