Emprunt obligataire (définition et explications)

Qu’est-ce qu’un emprunt obligataire ? La définition d’un emprunt obligataire ? Quels sont les avantages et les inconvénients des obligations ?

Un emprunt obligataire est une opération financière permettant à une personne morale – société, État, gouvernement, banque – d’émettre des titres obligataires (obligations) en contrepartie d’un versement d’argent emprunté.

C’est un crédit professionnel contracté sur le marché obligataire. Les acheteurs des obligations émises sont des investisseurs cherchant à gagner de l’argent via un taux d’intérêt et un remboursement du capital à terme.

Les obligations sont des titres de créances. Ce qui implique que l’investisseur devient le créancier du débiteur - dit aussi emprunteur et émetteur.

On utilise également l’expression suivante : émission obligataire.

Plus : Les émetteurs d’obligations sont des emprunteurs qui peuvent trouver du financement alternatif sur le marché.

Diversifier les sources de financement reste une priorité des entreprises et de la puissance publique afin de mettre en concurrence les financiers historiques, les banques – qui rechignent à prêter par peur du risque et du défaut de paiement.

Je recommande vivement de lire une analyse complète réalisée sur la page comprendre et analyser les obligations.

Quel est le montant minimum pour acheter une obligation sur le marché ?

L’unité s’échange à hauteur de 500 euros, en moyenne. L’investisseur peut en acheter autant que possible – dans la limite du montant émis par l’émetteur.

Certains titres obligataires peuvent néanmoins s’échanger à partir de 10.000 euros ou de 100.000 euros l’unité en fonction de la taille de l’émission et de l’émetteur.

Complément : Au sein d’un portefeuille, il est toujours utile de disposer d’obligations de grandes entreprises ou d’institutions financières solides, afin de réduire le risque d’exposition sur le marché dit d’actions boursières.

Attention, il est possible que l’émetteur ne puisse pas rembourser les titres émis aux investisseurs : le risque de perte existe aussi pour cette classe d’actifs.

De nombreux exemples de défaut de paiement partiel ou total me viennent à l’esprit : la dette publique de la Grèce qui a fait perdre beaucoup d’argent aux investisseurs, les titres obligataires de l’entreprise en difficulté Pages Jaunes, etc.

Comme pour tout emprunt, il faudra toujours surveiller et analyser la qualité réelle de la notation et estimer le niveau qualitatif de signature de l’émetteur.

Nizar Fassi a écrit 37327 articles

Mathématicien de formation, je partage, avec passion pour la chose économique, des idées sur l'encyclopédie bancaire www.rachatducredit.com - à plus de 10 millions d'utilisateurs bancaires en France en 10 ans -.
Vos commentaires sont encore plus lus et influents : vos expériences sont essentielles.
Pour mes écrits, je m'inspire de plus de 25 ans de lectures quotidiennes sur l'économie. Et je tiens à remercier les contributeurs de Wikipédia, les fonctionnaires du service public, les journalistes des Echos, Le Figaro, Le Monde, AFP, AWP, Reuters, Agefi, La Tribune, Xerfi, etc. et je remercie toutes les autres sources que j'ai pu découvrir. J'invite les internautes à visiter ces sites Internet de qualité et à s'abonner.

Laisser une réponse ou participer à mettre à jour des données de l'article

Votre adresse email ne sera pas publiée

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>