questions-réponses Articles

Banque privée (définition et explications)

La définition de banque privée ? Qu'est-ce que le Private Banking ? Des explications intéressantes sur l'évolution de ce marché singulier, je donnerai.

Une banque privée est une banque de dépôt rendant des services financiers privilégiés, personnalisés et complexes à une clientèle triée sur le volet.

Les clients des banques privées sont des personnes détenant un patrimoine  relativement important à comparer à la moyenne nationale.

Une banque privée commercialise également un service de gestion de fortune. Les professionnels travaillant dans un établissement bancaire privatif sont appelés des banquiers privés.

En langage anglo‐saxon, on utilise l'expression de Private Banking pour désigner cette activité particulière de la banque de détail.

Plus : Ce segment d'activité concurrentiel attire la convoitise des agents économiques au regard de la forte rentabilité potentielle en rapport avec un risque faible pris – une clientèle fortunée dispose d'une solidité financière, des moyens de rembourser et est propriétaire d'actifs mobiliers et immobiliers importants mis éventuellement en garantie -.

Le haut de gamme est associé à la notion de luxe et de sur‐mesure tant au niveau de la vente de services que de produits ; les marges commerciales peuvent ainsi être élevées à comparer aux produits bas de gamme à destination du grand public.

Les offres commerciales des banquiers privés gravitent autour de services à valeur ajoutée tels que des propositions de défiscalisation légale, d'accès à des fonds d'investissement et de placement, de point d'entrée à des sociétés rentables en SCPI et à des montages complexes patrimoniaux dans le cadre d'une valorisation sécurisée et de transmission dans la durée.

Un conseiller privé est souvent attribué pour accompagner ces clients privilégiés dans leurs problématiques et exigences quotidiennes.

La segmentation du marché peut se faire en trois tranches de clientèle :

  1. Entre 150.000 euros et 1 million d'euros de patrimoine net, on parle de gestion de patrimoine.
  2. Entre 1 million et 5 millions d'euros en patrimoine net, on parle de gestion privée patrimoniale.
  3. Plus de 5 millions d'euros en valeur vénale de patrimoine net, on parle alors de gestion de fortune.

Exemples ainsi qu'une liste des principales banques privées en France et en Suisse : Bred Banque Privée (BPCE), CIC Banque Privée, BforBank (Crédit Agricole), LCL Banque Privée, BNP Paribas Banque Privée, Banque Patrimoine et Immobilier, Pictet, Julius Baer, Lombard Odier, Rothschild, etc.

Complément : Les mutations de l'économie, sous les coups de boutoir de la transformation numérique, a enclenché une importante recomposition de ces métiers stratégiques. L'explosion du mobil‐banking, le développement disruptif de monnaie virtuelle comme le Bitcoin et la concurrence internationale accrue sur le plan financier transforment aussi le mode de fonctionnement des portefeuilles clients les plus prestigieux.

Les usagers de banque les plus riches se réfugient vers des offres de plus en plus personnalisées comme le family office, des services de gestion de fortune à haut prestige avec des services complets à valeur ajoutée ou des gammes évoluées en wealth management.

La robotisation et l'intelligence artificielle progressent si rapidement qu'il sera difficile de maintenir des effectifs pléthoriques au sein des banques privées ; la survie de l'activité passera par une diversification et une adaptation à un environnement brutal et ultra‐concurrentiel.

À titre d'illustration, les analystes considèrent que 30 à 50 % des banques privées suisses – les grands spécialistes du domaine – risquent de disparaître en 2020 avec le développement rapide des technologies de l'information.

L'article définitionnelle sur la gestion du patrimoine professionnel pourrait également compléter cette lecture.



Nizar FASSI a écrit 37503 articles

Responsable éditorial du média digital Rachatducredit.com depuis 2007.
Je tiens à remercier les sources et équipes du Larousse, les contributeurs de Wikipédia, les fonctionnaires du service public, les journalistes de Les Echos, Le Figaro, Le Point, Libération, Le Monde, AFP, AWP, Reuters, Agefi, La Tribune, Xerfi, etc.

Je remercie également toutes les autres sources moins connues que je cite et lie systématiquement.

Si vous constatez une erreur ou si vous êtes insatisfait, n'hésitez pas à me l'indiquer afin que je puisse rectifier (nizar.fassi@gmail.com).