Qui sont Adrea mutuelle et Groupe Aesio ?

Qui est ADREA mutuelle ? Qui est le Groupe Aesio ? Quel est leur mode de fonctionnement en protection sociale et des personnes ? Combien coûtent leurs prestations de services ? Pourquoi être adhérent ou ne pas l’être ? Comment les contacter ? Quelles sont les évolutions prévisibles de l’activité ? Rapide tour de piste dans cet univers mutualiste intéressant à bien des égards.

ADREA mutuelle est une société de personne - personne morale – à statut juridique mutualiste dont le but est non lucratif, à objet social et régi par le Code de la mutualité et la législation en vigueur.

L’adresse du siège social est située au 25 place de la Madeleine 75008 Paris et le numéro de téléphone est le 09.73.310.310.

Cet organisme mutualiste est soumis au contrôle administratif du superviseur ACPR et à d’autres structures.

ADREA mutuelle est adhérente à l’association Mutualité Française - une fédération regroupant les intérêts des mutuelles.

Son histoire remonte à 1999, selon les données fournies, par le biais d’une série de fusions de mutuelles – au moins 8 – dont le point d’origine géographique se situe en région Rhône-Alpes.

Le développement de l’activité a permis à ADREA d’atteindre 1 million d’adhérents, 1.200 salariés, 650 millions d’euros de chiffre d’affaires et 13.000 entreprises clientes en moyenne constatée.

Les adhérents sont les “propriétaires” de la mutuelle – ADREA n’a pas d’actionnaires et ne distribue pas de dividendes au sens des définitions courantes des expressions.

En contrepartie du paiement d’adhésions, les adhérents reçoivent des prestations de services en santé et en soins de la mutuelle ADREA.

Ils disposent également d’un droit de vote en assemblée générale pour désigner des délégués et des membres du conseil d’administration.

Les administrateurs désignent une direction générale et un président chargés d’appliquer et d’exécuter la stratégie mise en place en s’appuyant sur le rôle des 1.200 employés de l’organisation.

ADREA mutuelle distribue des produits d’assurance et de prévoyance aux particuliers et aux professionnels tels que :

  1. la complémentaire santé individuelle et collective ;
  2. les contrats d’assurance en prévoyance et en accident de la vie ;
  3. l’épargne-retraite avec de l’assurance-vie et d’autres supports d’investissement ;
  4. un ensemble de services annexes aux activités traditionnelles assurantielles et prudentielles.

La mutuelle travaille de concert avec la Sécurité sociale pour apporter un complément au régime obligatoire de base notamment pour améliorer les remboursements des frais de santé et hausser la retraite de base.

Quant au Groupe Aesio, c’est une union mutualiste de groupe (UMG) entre les 3 mutuelles : ADREA, Apréva et Eovi MCD dont le siège social est situé à l’adresse de ADREA citée ci-dessus.

Aesio symbolise le désir ou la nécessité d’atteindre une taille critique dans un environnement fortement concurrentiel dans lequel la marge commerciale est, sans cesse, réduite.

Le Groupe Aesio est devenu un poids lourd du segment de l’assurance de personne avec 3 millions d’adhérents, 40.000 entreprises adhérentes, 4.000 salariés, 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 1.5 milliard d’euros en fonds propres.

À ce sujet, je recommande de lire les fiches descriptives de Groupama et de Harmonie-MGEN détaillant l’évolution naturelle du secteur pouvant se résumer à l’observation empirique de ces trois points fondamentaux :

  • une concentration des acteurs du marché ;
  • une convergence vers le métier de bancassureur global ;
  • une forte teneur technologique autour de la donnée pour tenir compte de la personnalisation des parcours et augmenter ainsi la productivité.

Plus : Le principal point de litige des mutuelles réside dans l’objet initial de leur activité et structure : non lucratif et à objet social.

Ce statut impose, de manière rhétorique ou sur le papier tout au moins, à redistribuer les excédents dégagés éventuels aux adhérents.

En théorie, les mutuelles devraient disposer du minimum en ressources ou en fonds propres à l’issue d’une année d’activité, redistribuant ainsi toutes leurs liquidités aux adhérents.

La redistribution devrait se faire par le moyen d’une baisse des prix des services ou une hausse des services limitant ainsi le développement de l’ensemble, rendant la chose plus solidaire et sociale à l’image des statuts.

Sinon, quelle serait leur différence par rapport à une entreprise commerciale d’assurance classique dans laquelle les actionnaires prendraient des risques ?

Cette distorsion concurrentielle est-elle équitable et juste dans le cadre des règles de marché en vigueur sachant que les mutuelles ont été bâties légalement dans des circonstances traumatisantes à la fin de la Seconde Guerre mondiale ?

Dans un contexte d’évolution sociétale, technologique et économique, le courant mutualiste traverse et traversera des turbulences existentielles.

La clarification de la position de la mutuelle par rapport à la Sécurité sociale de base, sa fonction utilité pour les assurés et sa différenciation réelle avec le secteur privé sont des enjeux d’actualité et d’avenir.

Ceci dit, il faut bien admettre qu’il n’est jamais évident de gérer des millions d’assurés réclamant à la fois une individualisation, une exigence redoutable/compréhensible et un budget limité dans un secteur critique et sensible.

La gestion des paradoxes d’une nature humaine complexe relève de l’acrobatie et de l’arbitrage ; un juste équilibre à déterminer dans une période mutante, incertaine et instable.

Comment l’avenir de l’assurance santé se dessinera sous les coups de massue des transformations en cours ? Quelle est la position optimale à adopter pour ne pas tout perdre ?

Complément de données récoltées auprès des compagnies d’assurance, des mutuelles et des institutions publiques :

191 milliards d’euros par an représente le budget moyen de la santé de la Sécurité sociale en France, le saviez-vous ?

526 euros par an en moyenne est le budget restant à la charge d’un ménage français pour ses dépenses de santé, le saviez-vous ?

11.6 % du PIB représente la consommation de biens médicaux et de soins en moyenne constatée en France, le saviez-vous ?

200 euros par mois correspond au prix moyen d’une complémentaire santé pour les seniors, le saviez-vous ? 75 euros par mois pour le prix moyen global d’une mutuelle santé, toutes catégories d’âge.

1.100 euros mensuels nets représente la pension de retraite du régime de base en moyenne, le saviez-vous ?

10 à 20 % des emplois seront remplacés, à horizon d’une décennie, par la robotisation et l’automatisation des tâches dans le secteur de la santé, le saviez-vous ?

2 % par an est la moyenne du taux de rendement net d’un contrat d’assurance-vie de type épargne-retraite, le saviez-vous ?

Commentez cet article

Ou continuez la lecture

Nizar Fassi a écrit 37327 articles

Mathématicien de formation, je partage, avec passion pour la chose économique, des idées sur l'encyclopédie bancaire www.rachatducredit.com - à plus de 10 millions d'utilisateurs bancaires en France en 10 ans.
Vos commentaires sont encore plus lus et influents : vos expériences sont essentielles.
Pour mes écrits, je m'inspire de plus de 25 ans de lectures quotidiennes sur l'économie. Et je tiens à remercier les contributeurs de Wikipédia, les fonctionnaires du service public, les journalistes des Echos, Le Figaro, Le Monde, AFP, AWP, Reuters, Agefi, La Tribune, Xerfi, etc. et je remercie toutes les autres sources que j'ai pu découvrir. J'invite les internautes à visiter ces sites Internet de qualité et à s'abonner.

Un commentaire en rapport avec “Qui sont Adrea mutuelle et Groupe Aesio ?

  1. Nizar Fassi commente:

    Comment bénéficier de la caution mutuelle fonctionnaire ?

    J’achète un appartement, je suis fonctionnaire au sein du ministère des Finances, comment bénéficier de la gratuité de la caution pour le prêt ?

    Réponse : Votre interrogation ne concerne pas le sujet abordé sur cette page ; c’est une présentation de la mutuelle santé ADREA.

    Je vais répondre tout de même.

    La gratuité éventuelle de la caution de prêt concernerait les fonctionnaires de l’Éducation nationale via la Casden.

Laissez une réponse, partagez votre avis ou mettez à jour des données de l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *