Présentation du plan d’affaires à une banque

Financement pro : toutes les infos

Question sur la reprise d’un fonds de commerce

J’ai en vue de reprendre un commerce d’alimentation générale où le bilan est très mauvais (800 euros bénéfices en 2009) car très mauvaise gestion de la trésorerie, mais qui ressort facilement 35000€ de C.A/ mois, et 12000€ BÉNÉFICE/mois.

Le plan d’affaires a été rédigé par mon expert-comptable, spécialisé dans les levées de fonds et les montages financiers complexes dans le secteur du commerce alimentaire de proximité.

Comment obtenir un crédit de 150000€ avec 10000€ d’apport sachant que le bilan est très très mauvais en façade mais qui est en réalité très lucratif ? ( j’y ai travaillé)

Réponse : Il suffira d’exposer chiffres à l’appui la rentabilité latente et la viabilité de cette acquisition, tout en mettant en avant votre expérience professionnelle via la rédaction d’un excellent business plan.

Détection des risques

Lors d’une reprise d’entreprise, il est toujours prudent de lister les risques :

  1. montant précis des passifs repris et les risques afférents ;
  2. continuité assurée des relations commerciales (propriétaire des murs, fournisseurs, crédits, affacturages, leasing, etc.) ;
  3. risque sur la perte de la clientèle ;
  4. risque sur la hausse des coûts de production ;
  5. risque de l’existence d’une création de nouveaux centres commerciaux à proximité ;
  6. signature d’une clause de non concurrence par le repreneur ;
  7. etc.

Pensez toujours à incorporer une clause d’ajustement de prix et initier une étape de due diligence avant de signer l’achat du fonds de commerce. Ces précautions juridiques réduisent les risques d’une reprise mal étudiée ou imprégnée de dol.

Il faudra étudier le transfert des contrats d’assurance sur les risques d’exploitation et l’assurance responsabilité civile et professionnelle du vendeur afin de rassurer, par la même, les banques grâce à cette prudence salutaire.

L’expert-comptable et votre avocat d’affaires seront vos partenaires idéals pour le bouclage de cette reprise d’un fonds de commerce et vérifier point par point ces risques.

Les banques seront rassurer que chaque risque ait été analysé et chiffré lors de la présentation du plan d’affaires.

Expertiser la valeur du fonds de commerce serait un atout pour l’octroi d’un financement. Le nantissement aura alors un poids réel en garantie – et non une approximation invalide aux yeux des banquiers.

Les atouts

Plus : un plan d’affaires représente des documents comptables et juridiques expliquant le projet d’une entreprise : objet, atouts, défauts, potentiel de croissance, etc.

Il décrit la viabilité d’un projet professionnel à travers des études de faisabilité et des études de marché.

Une planification financière raisonnable, une restructuration des foyers de dépense excessif, un plan marketing géolocalisé et ingénieux, l’embauche de recrue hautement qualifiée forment des éléments essentiels pour réussir une reprise d’une entreprise.

Les banques voudront être convaincues par des argumentaires simples à travers un plan d’action commerciale ayant pour objectif central : la fidélisation de la clientèle.

Il serait judicieux d’épargner ou de cumuler au moins 20 % en apport personnel avant de présenter le projet auprès d’une banque ou d’un partenaire. En attendant, vous pouvez améliorer le projet d’acquisition.

Mettre sous franchise le commerce à reprendre peut être un atout à la fois pour la réussite du commerce car il pourrait bénéficier de la réputation et de la force marketing d’un réseau de franchisé, et aussi rassurer les banques quant à la gestion managériale de l’entreprise.

S’associer à un franchisé ayant déjà réussi son installation peut également être une option financière pour faciliter la reprise et réussir le projet.

Il est à rappeler qu’il existe aussi le crédit-vendeur et le crowdfunding comme mode de financement.

Lisez aussi : créer un modèle de présentation d’une affaire commerciale.

Transmission d’entreprise familiale (définition)

Financement pro : toutes les infos

Qu’est-ce que la transmission d’entreprise familiale ? Définition et explication.

La transmission d’une entreprise familiale consiste en un transfert d’actifs professionnels ou en un changement de direction d’une entité au sein d’une même famille.

Elle peut se dérouler suite à un décès, à un processus de donation ou à une cession de parts.

Par ce processus de passation, le savoir-faire spécifique, la gestion millimétrée de l’entreprise, ainsi que son histoire commerciale deviennent un capital humain transmis de génération en génération

Lire absolument cet article complet : les étapes clés de la transmission d’entreprise.

Archive d’une actualité datant de 2012 sur la transmission des petites entreprises.

Le ministère de l’Économie et des Finances facilite la transmission des petites entreprises

Par le secrétaire d’état en charge du commerce, de l’artisanat et des PME (petites et moyennes entreprises), des services et du tourisme, l’équipe gouvernementale décide de faciliter les transmissions d’entreprises familiales.

Aujourd’hui sur 110 000 petites entreprises familiales qui doivent être potentiellement transmises, seulement la moitié des chefs d’entreprises ont préparé la transmission.

En collaboration avec la Chambre des notaires et les chambres de commerce, le constat établi incite les autorités à trouver des solutions d’amélioration en termes de transmission entrepreneuriale.

Il est vrai que les petites entreprises familiales paraissent disposer d’attraits sympathiques.

Souvent bien installées localement, départementalement et régionalement, ces entreprises connaissent une croissance et résistance sur du long terme.

Une structure familiale donne une plus grande vigilance des chefs d’entreprises aux indicateurs du marché. La passion animée par l’entrepreneur ne compte pas les efforts, et fait preuve de créativité sans équivalence.

Les gouvernants comprennent que ne pas faciliter ce genre de transmission, c’est mettre fin à des pôles et structures économiques essentiels pour le développement régional.

Quelles sont les facilités apportées à la transmission des PME ?

-Par la loi de modernisation de l’économie, on peut trouver une réduction des coûts sur les droits de mutations. Puis sur cette loi de modernisation de l’économie, on remarque qu’une assistance, par le tutorat, à financer la reprise d’entreprises, a été mise en place.

-Amélioration du contrat de développement transmission d’Oséo par une augmentation de l’apport en fonds propres passant de 240000 euros à 400 000 euros. Cette augmentation de capital en fonds propre permet un financement par Oséo allant jusqu’à 2 millions d’euros. Ce genre de plan permet de faciliter le crédit d’entreprises.

-La société de caution mutuelle (appartenant aux Chambres de métiers et de l’artisanat et aux banques), nommée Siagi, aura une augmentation de 3 millions d’euros de capital pour faciliter, développer et garantir les transmission des petites entreprises artisanales ou très locales.

Les professions libérales sont concernées par ce genre d’initiative ; aussi bien les professions libérales tels que les cabinets médicaux, les pharmacies, les notaires, les huissiers de justice, les cabinets d’avocats ou les métiers de conseil en général tournent autour de la confiance entre eux et leurs clients.

Aussi bien au niveau de la compétence que de la confidentialité, la transmission de ce genre de structure demande souvent discrétion, patience et délicatesse.

Pour les entreprises purement familiales, le processus de succession est le même. En cas de décès de l’entrepreneur, les droits de succession s’appliquent.

Il est bon de préparer la succession avant le décès pour une bonne transmission du savoir-faire et la viabilité de l’entreprise familiale. Si les compétences ou les candidats manquent dans le cercle familial pour être à la tête de la PME :

-Il semble cohérent de placer un dirigeant compétent (connaissant bien le secteur d’activité), puis l’impliquer (part de la société) dans l’évolution et la croissance (avec des conditions sur la cession des parts).

-Ou de vendre à un tiers l’entreprise familiale pour une transmission viable.

Ce genre d’initiative gouvernementale paraît positif car l’entrepreneuriat reste une activité essentielle, complexe et difficile.

0 % charges sociales pour les entreprises, dans quels cas ?

Assurances,  Financement pro : toutes les infos

Il existe différents dispositifs fiscaux pour l’aide à l’embauche ou au développement.

Les actionnaires et dirigeants d’entreprise pourront actionner ces dispositifs, mais ce n’est pas ces éléments qui font remplir le carnet de commandes.

C’est juste un appui pour encourager le développement économique et commercial.

Par la réduction des charges sociales :

  • l’entreprise bénéficie d’une baisse des charges sociales ou patronales à compter de janvier 2019 consécutivement à la suppression du dispositif CICE si l’on en croit un article de La-paie-facile.com ;
  • les petites entreprises ne dépassant pas 10 millions euros de chiffres d’affaires avec moins de 50 salariés peuvent se voir déduire les impôts liés aux fonciers (CFE, TFBP) à travers le dispositif QPV (près de 1.500 quartiers prioritaires de la ville) selon une note de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris ;
  • certains dispositifs complémentaires de réduction ou d’exonération de charges sociales sont possibles sous certaines conditions et dans certaines régions ; évolutifs au cours du temps (voir la liste d’aides).

Des conseils gratuits et un entretien sont possibles avec des professionnels de l’institution CCI de Paris – ainsi que les autres Chambres de commerce – pour vérifier l’éligibilité, les exonérations éventuelles et autres solutions facilitatrices de création ou de développement.

Par ailleurs, les PME peuvent attirer les investisseurs assujettis à l’ISF grâce aux déductions fiscales liées, lire alors : dispositif PME-ISF. ; la fin de l’ISF a mis fin au dispositif de réduction fiscale en cas d’investissement dans une PME si l’on se réfère à une publication de Fellows.legal.

Plus globalement, la hausse de la probabilité de réussite d’une PME passe par la création d’un plan d’affaires solide et viable et sa bonne application dans un environnement où les conditions fiscales, financières, de ressources humaines, technologiques et entrepreneuriales sont favorables.

La réduction fiscale ou des cotisations sociales représente un coup de pouce complémentaire.



Un article d’archive illustratif datant du 3 Avril 2009 en pleine crise économique ; certaines villes avaient créé des dispositifs d’urgence d’allègement des charges pour éviter des catastrophes sur le bassin d’emploi :

Tarbes sort ses griffes pour contrecarrer les effets désastreux de la crise économique ?

Des aides financières sont distribuées aux petites entreprises PME de moins de 10 employés afin de dynamiser les recrutements.

Les petites sociétés commerciales ont 0 % de charges en cas d’emplois de salariés.

Le Pôle Emploi de Tarbes-Pyrénées organise des rendez-vous pour informer les chefs d’entreprise et entrepreneurs sur ces avantages fiscaux.

Dette flottante (définition)

Dettes,  Financement pro : toutes les infos,  Traiter sa dette : toutes les infos

La définition d’une dette flottante

La dette flottante est une composante de la dette publique.

La dette flottante regroupe l’ensemble des emprunts à court terme ou bons du Trésor émis par la puissance publique ou l’État selon une note du Larousse.

Cette dette varie en fonction des remboursements et des émissions ou engagements ; c’est la raison pour laquelle on utilise le mot de « flottante ».

La dette flottante est un élément-clé pour l’État pour connaitre sa situation financière au regard de ses engagements et charges à court terme.

En fonction de la dette flottante, le Trésor émet des obligations pour se financer sur le marché financier lorsque le montant de ses engagements est supérieur à ses dépôts disponibles.

La maîtrise de la dette flottante passe souvent par une gestion rigoureuse des deniers publics – les restrictions budgétaires et une politique d’austérité économique.

En France et partout dans le monde, la maîtrise de la dette est devenue un enjeu majeur pour assurer la solvabilité d’un État.

Assurer son financement à un taux d’intérêt bas est devenu un atout supplémentaire pour la compétitivité et l’investissement des puissances publiques.

La dette consolidée – engagements et charges à moyen et long termes – complète ainsi la notion de dette flottante.

Prêt hypothécaire remboursable rapidement

Financement pro : toutes les infos,  Questions / Réponses,  Réponse

Achat de terres agricoles en indivision de biens. Demande de financement avec hypothèque ? Quel taux ?

Réponse

L’indivision consiste en la propriété d’un même actif indivisible par plusieurs personnes.

Un prêt hypothécaire correspond à un prêt d’argent adossé à une garantie sur un bien immobilier ; en cas d’impayé du débiteur emprunteur, le créancier est en mesure de saisir l’actif immobilier gagé.

Les taux se négocient et se comparent entre les banques suivant le montant d’emprunt, la durée d’emprunt et la qualité de votre dossier de financement – capacité de remboursement ; taux d’endettement ; apport personnel ; business plan si entreprise ; etc.

En d’autres termes, plus le profil de l’emprunteur sera considéré comme bon – via un calcul d’un score basé sur les revenus récurrents, le montant de la dette, l’historique des paiements, etc.-, moins cher sera le coût total de financement (taux d’intérêt faible et frais bas).

La solution optimale serait alors d’améliorer chaque facteur contribuant à l’établissement du scoring ou de la notation avant la présentation de tout dossier de financement aux banques et organismes financiers spécialisés.

Quant à l’activité agricole indiquée dans votre question, elle représente des avantages et des inconvénients en termes de revenus et de risques.

En effet, c’est un secteur économique particulièrement exposé car dépendant d’aléas climatiques, d’investissements humains et matériels élevés, d’une concurrence exacerbée affectant les marges, de lourdes contraintes environnementales, de normes écologiques et sanitaires, etc.

Toutefois, des aides et subventions étatiques peuvent être accordées pour tenir compte des contraintes élevées d’une activité agricole vitale à la collectivité.

Il semble raisonnable de bien analyser la situation de l’exploitation agricole et du potentiel des terres avant de se lancer dans le projet.

Haut de bilan (définition)

Crédit professionnel : toutes les infos,  Financement pro : toutes les infos

La définition de haut de bilan ? Qu’est-ce qu’une opération de haut de bilan ?

Le haut de bilan représente toutes les lignes comptables d’une entreprise liées aux fonds propres, dettes à long terme, financements sur le long terme et aux immobilisations.

En d’autres termes, il regroupe les comptes d’actifs et de passifsemplois et ressources dans la durée selon une note de Ooreka.

En résumé : le haut de bilan est constitué de :

  1. les ressources durables tels que les dettes à long terme et les fonds propres ;
  2. les emplois durables tels que les immobilisations financières, corporelles et incorporelles.

On parle de « haut de bilan » car les données associées sont situées au début du bilan comptable d’une entreprise ; s’opposant ainsi à la notion de « bas de bilan« .

Quant aux opérations de haut de bilan, elles regroupent les démarches d’ingénierie financière comme les fusions-acquisitions, les augmentations de capital et les restructurations de dettes d’après une publication utile de Mataf.

Résultat net part du groupe (Définition)

Crédit professionnel : toutes les infos,  Financement pro : toutes les infos

La définition du résultat net part du groupe ?

Le résultat net part du groupe est égal au résultat net total dont on déduit la partie appartenant aux tiers actionnaires minoritaires des filiales sur une période donnée – généralement 12 mois.

On dit alors que l’entreprise – appelée maison-mère – a réalisé une opération de consolidation des comptes en intégrant ceux des filiales.

C’est le résultat après le paiement des impôts si l’on se fie au magazine Challenges.

Il peut être positif – bénéfice ou profit – ou négatif – perte.

S’il y a bénéfice alors le management ou le conseil d’administration peuvent allouer ces fonds pour renforcer la capacité d’autofinancement : la distribution de dividendes aux actionnaires ; l’investissement ; le remboursement de dettes ; la constitution d’une trésorerie.

En cas de perte, alors les dirigeants opérationnels peuvent décider une réorganisation partielle ou totale de l’entreprise – modification de la stratégie ; refonte du modèle économique ; restructuration des équipes ; cession d’actifs ; lean management ; etc.

Comptabilité et activité de l’entreprise : équilibre financier

Assurances,  Financement pro : toutes les infos,  Gestion finance : toutes les infos,  Solution à une dette : toutes les infos

Définissez le principe de l’équilibre financier de l’activité d’une entreprise en matière de comptabilité ?

Je suis directeur financier adjoint dans une petite PME exportatrice dans le domaine des micro-puces. Je suis en désaccord avec mon responsable sur le principe d’équilibre financier concernant notre entreprise. Nous allons présenter les résultats de l’entreprise, et je pense que nous sommes en équilibre financier.

Du fait que notre activité est du ressort uniquement des exportations, nous travaillons avec des lettres de change pour assurer les paiements de nos clients. Certains paiements ont du retard mais sont garantis par une banque.

Nous n’avons pas reçu deux importants montants qui auraient dû entrer dans le trimestre en cours. Doit-on intégrer ces valeurs à nos comptes de résultat trimestriel ?

Réponse :

Une entreprise est en équilibre financier lorsqu’il existe un fond de roulement suffisant ou que les entrées dépassent les sorties d’argent sur une période donnée.

Ainsi, l’entreprise est en capacité de se projeter vers l’avenir ; s’assurant un développement avec les ressources disponibles.

Concernant votre activité, il est logique d’intégrer ces deux données comptables en entrée si le paiement est garanti.

Cependant, il est possible d’intégrer ces deux valeurs dans les risques financiers et de doter un compte lié à ce cas de figure si vous considérez que ces entrées sont incertaines ou risquées.

Il faudra s’entendre sur la signification des paiements à risque avec la direction juridique ainsi qu’avec la banque qui assure la transaction.

Le risque est évalué suivant le profil de l’agent économique (débiteur) : incidents historiques de règlement ; solidité financière ; montant de la transaction ; etc.

Si l’on veut être rigoureux, tant que le paiement n’est pas encaissé et l’argent non utilisé, on peut raisonnablement évoquer un risque de défaut.

En bref, l’évaluation de la situation se réalise au cas par cas en tenant compte du contexte socio-économique, du climat d’affaires ou de la conjoncture économique.

N’hésitez pas à prendre contact avec un professionnel de la finance d’entreprise – expert-comptable ; auditeur ; etc.

Avance sur commission agent commercial VRP

Financement pro : toutes les infos,  Pouvoir d'achat : toutes les infos

Une avance sur commission pour un agent commercial VRP, c’est quoi ?

Une avance financière est une somme d’argent accordée par une personne à une autre dans le cadre d’un accord commun et dont le remboursement se concrétise par le déclenchement d’un événement futur prévu – vente d’un bien ou service ; héritage , soulte ; revenus ; etc.

En d’autres termes, c’est un prêt d’argent associé à un événement programmé pour son remboursement.

L’avance sur commission pour un agent commercial est une avance d’argent accordée par une entreprise à un salarié ayant le statut de VRP – voyageurs, représentants, placiers ou agent commercial travaillant pour le compte d’un ou de plusieurs entreprises selon droit-finances.

Le remboursement de l’avance se fera grâce aux commissions futures générées par l’agent commercial.

L’avance sur commission VRP est une forme de crédit dont l’octroi n’est pas obligatoire.

Elle relève de la seule discrétion de l’entreprise ou employeur.

Une demande peut être réalisée par l’agent commercial à l’adresse de sa hiérarchie si le besoin s’en fait ressentir ; la négociation se fait ainsi de gré à gré en fonction des relations d’intérêt liant les deux parties.

Ne pas confondre l’acompte sur salaire – un droit de l’employé sur un travail déjà effectué – et l’avance.

Fichage Fiben gérant d’entreprise

Crédit professionnel : toutes les infos,  Financement pro : toutes les infos

Le fichier FIBEN est une base de données gérée par la Banque de France : Fiben recense les entreprises et attribue un scoring pour les sociétés et chefs d’entreprise figurant sur le fichier.

Il y a 5 200 000 entreprises et 2 500 000 dirigeants d’entreprise sur ce fichier bancaire ou cette base de données financière sur les agents économiques.

Il sert aux entreprises pour évaluer le risque encouru avec leurs partenaires commerciaux potentiels (B to B).

Un score et une cote sont attribués à chaque entreprise ou dirigeant, reflétant leur capacité à honorer leurs engagements financiers… utiles surtout pour les créanciers, banques, organismes de crédits, assureurs et autres professionnels pouvant ainsi fichés des entreprises, gérants, commerçants, même pour des crédits personnels impayés (prêt immobilier, réserve d’argent, etc.).

Un fichage Fiben, avec un mauvais scoring, peut être équivalent à un fichage FICP ou FCC en Banque de France, c’est-à-dire une impossibilité manifeste à accéder au financement durant une période plus ou moins longue.

Contacts 

Adresse de la Banque de France : PROSE 31 rue Croix des Petits Champs 75049 PARIS CEDEX 01.

Numéro de téléphone : 01.42.92.23.51.

Adresse Web : https://www.fiben.fr