questions-réponses Articles

Calcul reste à vivre minimum légal et insaisissable

Quelle est la définition du reste à vivre et son mode de calcul  ?

Le reste à vivre correspond au montant restant lorsqu'on déduit toutes les charges incompressibles aux revenus nets mensuels.

Les charges à déduire sont :

  • les mensualités des emprunts,
  • le loyer,
  • la mensualisation des impôts,
  • les factures courantes (électricité, eau, gaz, téléphonies, assurances),
  • les pensions à verser,
  • les engagements financiers à devoir à des tiers.

La formule mathématique est la suivante : Reste à vivre = (revenus) – (charges) .

D'une certaine manière, c'est un indicateur clé d'évaluation du pouvoir d'achat et de niveau de vie d'un foyer.

On parle aussi de résiduel pour le désigner.

Chaque banque son reste à vivre

En filigrane, on comprend que la définition varie suivant les besoins de calculs des prêteurs pour évaluer le risque client (solvabilité).

En effet, les banques et établissements de crédit s'appuient sur le calcul du reste à vivre pour vérifier si un emprunteur potentiel serait en capacité de faire face aux charges incompressibles – nourriture ; électricité ; eau ; etc.- en cas d'obtention d'un prêt immobilier ou d'un crédit à la consommation.

Montant

Le montant du reste à vivre exigé par les banques varie suivant la stratégie de chacune ; certaines exigent 800 euros par mois  et d'autres 400 euros mensuel pour une personne seule ; pour un couple, certaines exigent 1.000 euros par mois.

Par ailleurs, les prêteurs utilisent le calcul du taux d'endettement – concept proche du reste à vivre mais plus précis – pour estimer si un emprunteur potentiel est solvable ou pas.

N'hésitez pas à tester nos simulateurs gratuits mis à disposition.

Reste à vivre et surendettement

Le reste à vivre est également défini comme le montant minimum insaisissable accordé à un débiteur donné afin qu'il puisse vivre décemment.

En d'autres termes, il est associé à la notion du solde bancaire insaisissable (SBI) ou montant insaisissable du salaire fixé à 545,48 euros – indexé au RSA – afin que la personne physique ou morale puisse subvenir à ses besoins vitaux en cas d'une procédure de saisie.



Nizar FASSI a écrit 37503 articles

Responsable éditorial du média digital Rachatducredit.com depuis 2007.
Je tiens à remercier les sources et équipes du Larousse, les contributeurs de Wikipédia, les fonctionnaires du service public, les journalistes de Les Echos, Le Figaro, Le Point, Libération, Le Monde, AFP, AWP, Reuters, Agefi, La Tribune, Xerfi, etc.

Je remercie également toutes les autres sources moins connues que je cite et lie systématiquement.

Si vous constatez une erreur ou si vous êtes insatisfait, n'hésitez pas à me l'indiquer afin que je puisse rectifier (nizar.fassi@gmail.com).

3 commentaires en rapport avec “Calcul reste à vivre minimum légal et insaisissable

  1. TATAYOYO commente:

    QUEL INTÉRÊT A OPTER POUR UN ACHAT DE CRÉDITS PLUTÔT QUE LE SURENDETTEMNT bdf (SI CE N'EST DE PERMETTRE À TON BANQUIER DE S'EN METTRE PLEIN LES POCHES ? )

  2. cla****t@live.fr commente:

    J'ai retiré ma demande de surendettement déposé à la banque de France pour opter pour un rachat de crédit. La banque m'a tout bloqué y compris le découvert autorisé ce qui fait que je n'ai plus rien pour vivre et que je n'ai pas de quoi acheter pour subvenir à une famille de 5 personnes dont 3 enfants. Puis‐je demander à ma banque de m'accorder un "reste à vivre " ?
    Est‐il normal de trouver tant de rigueur de la part de ma banque qui refuse tout moratoire quant à la renégociation de nos dettes ?

    1. Nizar Fassi commente:

      La banque doit respecter le solde bancaire insaisissable d'un montant de 545, 48 euros par mois pour une personne seule, 805, 17 euros pour un couple, 1127, 24 euros pour un couple avec deux enfants, environ 1.400 euros pour une famille de 5 personnes selon le site hintigo.fr.

      Le créancier n'est pas obligé de renégocier les mensualités ou le montant de la dette.

      En cas de litige ou de non‐respect du solde bancaire insaisissable, il faudra passer par une demande à la Banque de France, à l'ACPR ou au juge de l'exécution du tribunal de grande instance le plus proche de votre domicile.