questions-réponses Articles

BEI : une solution financière invisible pour les PME

Les ministres des finances de l'union européenne se sont réunis pour trouver des axes pour relancer l'économie et ne pas fragiliser le secteur économique à cause de la restriction des crédits bancaires.

Les Petites et Moyennes Entreprises sont le noyau le plus important de l'économie. Les PME représentent la croissance et l'emploi. Effectivement, l'innovation trouvée au sein des PME ne peut se retrouver nulle part ailleurs. Les géantes entreprises ont des marges de croissance limitée, et dont les principaux revenus viennent de passe‐droit étatique par une législation limitative (droit d'entrée, position dominante…) ou qui était d'anciennes structures étatiques (les assurances, les banques, les constructeurs automobiles, les compagnies d'électricités ou de gaz, entreprise d'armement, Telecom, eau…).Toutes ces sociétés anonymes n'apportent rien à la france, en tout cas aucune véritable croissance ou innovation. C'est ce qui se passe quand on a tout donné à quelqu'un.

Les PME n'ont pas le même genre de traitement : aucun passe‐droit, aucun financement bancaire, aucun soutien étatique… et donc un mépris profond des hauts fonctionnaires de l'état. Et pourtant, certaines PME arrivent à vivre dans ces zones de haute turbulence grâce à la passion d'innover, d'entreprendre et d'agir dans ce bourbier économique.

Les PME sont les premières visées en cas de crise économique ou de resserrement de crédit. Déjà que les banques ne leurs prêtaient que des miettes de pain…alors en cette période, ils n'auront même pas droit à leur bol de soupe populaire pour les plus chanceux.

Qui bénéficieront des 5 milliards d'euros de la BEI répartient entre toutes les PME d'europe ?

(Bei : Banque européenne d'investissement)

La Bei va mandater les banques privées pour redistribuer la cagnotte. Ce sont les banques qui sélectionneront les pme pouvant en bénéficier.

Une somme ridicule quand on parle de toutes les PME d'europe. Déjà qu'en France, il y a en a 2 460 000…ça fait 2032 euros chacunes pour résister à la tempête…Et si on ajoute les pme d'allemagne où il y a en a au moins 3 fois plus, et d'angleterre, et d'espagne.….ça ferait peut être un 5 euros chacunes.….Et sans compter le fait que les états font bien attention de comptabiliser les PME ayant dans leur capital des sociétés anonymes et bancaires.…L'argent revient au même (on se prête l'argent à soi même, quelle affaire…).Qui a déjà reçu un prêt de la BEI…personne.….C'est que de la communication et des solutions hypocrites… cette réunion des ministres a coûté combien ? Et qui les payent ? Les politiques sont données à des cancres n'ayant jamais traversé la rue sans demander à maman, comment peuvent ils prendre une bonne décision ou apporter une innovation de politique économique ?

Oui un risque, ce mot qui fait frémir les politiques et les banques. Ne saviez vous pas ? La croissance ne peut s'obtenir quand prenant des risques. La croissance et la prospérité ne peuvent venir que du génie d'entrepreneur née par leur propre soif d'innover…et non d'entreprise dont l'avenir est certain. Dans la certitude, il n'existe pas d'innovation, juste la gestion du quotidien et des rentes…

Je conclurait par la première phrase énoncée de mon ancien professeur de macro économie de Panthéon‐Sorbonne : "La croissance c'est Bill gates."



Nizar FASSI a écrit 37503 articles

Responsable éditorial du média digital Rachatducredit.com depuis 2007.
Je tiens à remercier les sources et équipes du Larousse, les contributeurs de Wikipédia, les fonctionnaires du service public, les journalistes de Les Echos, Le Figaro, Le Point, Libération, Le Monde, AFP, AWP, Reuters, Agefi, La Tribune, Xerfi, etc.

Je remercie également toutes les autres sources moins connues que je cite et lie systématiquement.

Si vous constatez une erreur ou si vous êtes insatisfait, n'hésitez pas à me l'indiquer afin que je puisse rectifier (nizar.fassi@gmail.com).

Un commentaire en rapport avec “BEI : une solution financière invisible pour les PME

  1. sylviane commente:

    je suis tout à fait d'accord avec vous, nous, les petites PME nous sommes les pestiférer des banques,
    j'ai ouvert ma micro il y a 3ans, je veux ouvrir mon magasin, tout petit prêt accorder il y a 1 mois et là.….,les ennuis commence, lettre de la banque, et autre conneries dans le genre pour passer 3 chèques de 100 euros en sachant que les rentrées d'argent sont à venir dans les semaines à venir ! le rêve quoi.…
    que devons nous faire ?tout plaquer ? ou se battre pour leurs montrer que l'on est + fort, nous les artisans, + innovant que les grosses entreprises sans risque…