Assurance tempête, intempéries et catastrophe naturelle (définition et analyse)

Qu’est-ce qu’une assurance tempête, intempéries et catastrophe naturelle ? Protège-t-elle contre des risques de pertes financières ? Combien ce contrat coûte ? Quel est le prix ? Comment avoir une bonne indemnisation en cas de sinistre ?

Une assurance tempête sert principalement à protéger financièrement un souscripteur, particulier ou professionnel, lors de la survenance d’un dégât matériel, immatériel ou corporel à la suite d’une catastrophe naturelle, d’une tempête ou d’intempéries.

L’étendue des garanties dépend du contenu du contrat signé entre l’assuré et l’assureur – les clauses contractuelles sont donc essentielles et indiquent clairement ce qui est garanti financièrement et ce qui ne l’est pas ainsi que le niveau réel d’indemnisation.

Dans le cadre d’une convention classique d’une assurance habitation, la compagnie d’assurance insère toujours une clause de garantie de dommages en cas de tempête – suite à un vent fort ou à une chute d’arbre, des dégâts sur la maison, la voiture, le toit, les dommages sur les meubles par l’eau infiltrée, etc.

En revanche, si une inondation a causé des dégâts alors le souscripteur pourra se faire indemniser si et seulement si les autorités réalisent une déclaration de catastrophe naturelle.

Les entreprises, commerçants et professionnels pourront être indemnisés uniquement s’ils ont souscrit une assurance dommages tous risques ou une assurance incendie incluant les garanties tempête – indemnisant les pertes matérielles et les pertes immatérielles en exploitation. Les lois du 25 janvier 1990 et du 13 juillet 1982 garantissent ces mesures pour les professionnels.

Ne pas hésiter à prendre lecture de mon papier sur les assurances des pertes indirectes pour élargir le savoir et ainsi éviter des soucis inutiles.

Plus :

300 euros par an est le budget moyen constaté pour une bonne assurance habitation incluant une garantie tempête, le saviez-vous ? Le prix moyen est en fonction des facteurs de l’emplacement, du degré de risque, de la surface, de la valeur à protéger, de l’âge des habitants, etc.

En cas de dommages d’un véhicule suite à une tempête, c’est l’assureur automobile qui prendra en charge l’indemnisation du sinistre, le saviez-vous ? Attention, l’indemnité est possible si la souscription est une assurance tous risques et non une assurance aux tiers.

5 jours est le délai maximum pour déclarer le sinistre à la compagnie d’assurance par courrier recommandé avec accusé de réception, par mail ou par téléphone, le saviez-vous ?

La prise de photos est essentielle après un sinistre pour garder des preuves et des documents afin de négocier ou pour tout litige ultérieur, le saviez-vous ?

100 km/h est la vitesse minimale du vent pour être considérée comme exceptionnelle pour les assureurs, le saviez-vous ?

200 euros de franchise est la moyenne constatée sur les assurances des véhicules endommagés, les mobiliers du logement et les éléments accessoires suite à une intempérie, le saviez-vous ? Bien lire son contrat.

79.000 sinistres ont été indemnisés aux professionnels lors de la tempête Xynthia en 2010, le saviez-vous ?

500.000 sinistrés ont été recensés lors de la tempête Xynthia, le saviez-vous ?

1.500 maisons détruites et indemnisées lors de cette célèbre tempête Xynthia, le saviez-vous ? En moyenne, 250.000 euros par maison dévastée en indemnisation. Globalement, les assureurs ont déversé 1, 75 milliard d’euros en moyenne.

L’expert de l’assurance n’intervient pas obligatoirement pour expertiser les dégâts, le saviez-vous ? Il peut cependant intervenir en fonction de la situation précise – le montant des dommages – et la déclaration du sinistré.

Le vent, la neige, la pluie et la grêle restent les risques naturels les plus courants, le saviez-vous ?



Le 26 janvier 2009, j’ai rédigé une actualité à la suite des tempêtes sur l’Hexagone qui ont dévasté des maisons, des locaux commerciaux et des vies dont je mets en ligne la teneur :

Les récentes tempêtes et catastrophes naturelles nous montrent toute la nécessité de bien assurer sa maison d’habitation ou appartement contre les risques d’intempéries et de dégâts des eaux.
Les contrats des assureurs stipulent des garanties d’indemnisation en cas de tempêtes ou de catastrophe naturelle mais l’assuré doit bien lire les conditions de remboursement et d’indemnités.
Les clauses contractuelles doivent être lues et analysées avant tout engagement :

  1. Remboursement des biens mobiliers (meubles, TV, hifi, salons…) ;
  2.  Perte de bijoux, objets de valeur lors de la tempête ;
  3. Espèces, liquidités financières.

Une bonne comparaison des offres des compagnies d’assurance distribuant les contrats assurance habitation immobilier en ligne est indispensable pour l’obtention des meilleures sûretés en cas de sinistres… Même si les aléas de la vie sont difficilement prévisibles et les assureurs ne pourront jamais compenser les pertes non financières.

Nizar Fassi a écrit 37327 articles

Mathématicien de formation, je partage, avec passion pour la chose économique, des idées sur l'encyclopédie bancaire www.rachatducredit.com - à plus de 10 millions d'utilisateurs bancaires en France en 10 ans -.
Vos commentaires sont encore plus lus et influents : vos expériences sont essentielles.
Pour mes écrits, je m'inspire de plus de 25 ans de lectures quotidiennes sur l'économie. Et je tiens à remercier les contributeurs de Wikipédia, les fonctionnaires du service public, les journalistes des Echos, Le Figaro, Le Monde, AFP, AWP, Reuters, Agefi, La Tribune, Xerfi, etc. et je remercie toutes les autres sources que j'ai pu découvrir. J'invite les internautes à visiter ces sites Internet de qualité et à s'abonner.

Laisser une réponse ou participer à mettre à jour des données de l'article

Votre adresse email ne sera pas publiée

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>