questions-réponses Articles

Acheter pour louer dans l'ancien

La location de studios m'a toujours fasciné car cela peut rendre riche un bon investisseur averti. J'ai vu une émission à la télévision qui montrait un gars se faire plein d'argent en achetant, en rénovant puis en louant des chambres de bonnes. Au cours du temps, il a réussi à investir dans 18 studios à Paris et en banlieue parisienne. J'hésite à reproduire le même schéma d'investissement car cela exige de gérer un ensemble élevé de locataires, qui peuvent parfois être indélicats lors des paiements des loyers. J'ai pensé à acheter dans le neuf, juste un appartement ou deux au maximum, histoire de prendre peu de risques et de faciliter la gestion des actifs. Quels sont les avantages dans l'ancien  et pourquoi acheter pour louer dans l'ancien ?

Réponse : L'achat d'un logement ancien à but locatif est un investissement immobilier offrant les avantages suivants :

-Construire un patrimoine,

-S'assurer un complément de revenus pour la retraite,

-Une transmission du patrimoine.

Comment hausser le taux de rendement locatif ?

Plus le loyer sera élevé et plus le prix du bien immobilier sera faible, plus la rentabilité locative annuelle sera élevée (si charges faibles).

Pourquoi acheter dans l'ancien plutôt que dans le neuf ?

Le prix moyen au m² est inférieur de 20 % dans l'ancien par rapport à l'immobilier neuf.

Plus : Investir sur le marché du locatif reste une démarche courante, même si souvent les investisseurs négligent la partie gestionnaire et risquée de la location (impayés, expulsion, travaux.…).

Diversifier les risques en plaçant son argent dans plusieurs classes d'actifs semble la solution optimale dans le cas d'une recherche d'un rendement moyen raisonnable sur le long terme tout en jugulant les risques inhérents à tout processus d'investissement.



Nizar FASSI a écrit 37503 articles

Responsable éditorial du média digital Rachatducredit.com depuis 2007.
Je tiens à remercier les sources et équipes du Larousse, les contributeurs de Wikipédia, les fonctionnaires du service public, les journalistes de Les Echos, Le Figaro, Le Point, Libération, Le Monde, AFP, AWP, Reuters, Agefi, La Tribune, Xerfi, etc.

Je remercie également toutes les autres sources moins connues que je cite et lie systématiquement.

Si vous constatez une erreur ou si vous êtes insatisfait, n'hésitez pas à me l'indiquer afin que je puisse rectifier (nizar.fassi@gmail.com).