Jeudi 24 avril 2014

Investissements et levées de fonds en pagaille dans les start up

Les entreprises de capital-risque et les investisseurs indépendants croient encore aux start-up ?

Les levées de fonds sur des projets en commencement ou des start-up déjà opérationnelles sont toujours en bonne forme.Partout dans le monde, nous observons des millions d’euros versés à des entreprises web sur des projets n’ayant pas encore de chiffre d’affaire ou ayant à peine débutés leurs projets.

Les investisseurs se tournent vers les jeunes entreprises à fort potentiel pour parer la débâcle boursière.Les entreprises du passé ont vu leurs valeurs boursières divisées par plus de 4.Ces derniers s’écroulent sous les dettes des masses salariales.

Les start-up ont l’avantage de demander peu de personnel, avec des gains juteux et un potentiel sans limite.Certains projets ont le don d’être unique ,et de créer un demande massive.La mode a été le développement des réseaux sociaux, avec facebook (ou myspace.com) atteignant un pic en valorisation boursière à 20 milliards de dollars (aujourd’hui ,cette start-up est valorisée à 3 milliards de dollars en pleine crise économique).Tout de même , quels projets industriels peut transformer un nom de domaine à 3 dollars en 3 milliards de dollars en moins de deux ans ?

Ce fort potentiel de croissance ne passe pas inaperçu des investisseurs privés.Seules les banques traditionnelles françaises sont dépassées par les évènements.Ces dernières préfèrent renforcer leur propre développement, et ne pas participer au développement économique national.C’est un problème franco-français ,qui est loin d’être la norme dans les autres pays développés.

Chaque semaine des investisseurs privés en france ou dans la côte ouest des états unis investissent des milliards d’euros dans les projets web.Chaque investisseur essaye de capter le projet qui va accaparer la toile.

Entre financer des créances de grandes entreprises ou investir sur des projets juteux , le choix a été rapide pour les investisseurs institutionnels et non institutionnels.

On remarque des levées de fonds penchant plus sur des projets web opérationnels et déjà sur orbite.

Dernières levées de fonds :

-123venture investit 3 millions d’euros sur Deskom (service de facturation électronique).

-Private Equity met 23 millions de dollars sur la table pour soutenir Linked-in.Cette dernière a déjà levée 53 millions de dollars ,il y a à peine trois mois, chez Bain Capital Venture.

-Augure lève 8 millions d’euros pour continuer son développement dans la surveillance web de la réputation d’une marque, d’un produit ou d’une entreprise.

VN:F [1.9.20_1166]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.20_1166]
Rating: 0 (from 0 votes)


Article publié dans : Banque et solution : toutes les infos

A LIRE AUSSI :
  • Levée de fonds ?
  • Apporteur de liquidité
  • Investissement lyonnais dans l’immobilier dans la tourmente de la baisse immobilière
  • La location longue durée de véhicules d’entreprise lld ça marche?
  • Je n’ai plus confiance en mon banquier!
  • Collecte record pour le livret d’épargne a à cause d’une peur de l’avenir?
  • Fip energies nouvelles pour eolfi et 123venture ?
  • Conseils en stratégie et techniques de défiscalisation
  • L’argent coule à flot:les levées de capitaux financiers s’enchaînent à la bourse de londres du london stock exchange lse ?
  • Opérations d’investissements:fonds souverains au plus bas !


  • Sujets connexes: , , , , , , , , , , , ,