Jeudi 24 avril 2014

Combat rude : investissement en bourse et économie réelle ?

Réaction après l’affaire Madoff ?

Les banques et les financiers conseillent les particuliers sur la gestion du budget familial, sur l’investissement dans un bien immobilier, sur la réalisation d’un projet professionnel, et sur les investissements en bourse.Les banques ont l’air de bien connaître ce que c’est la gestion de l’argent.

Après l’affaire des subprimes, on observe la même réaction des banquiers français dans l’affaire Madoff, ce n’est pas moi, c’est l’autre…

La banque n’accepte pas d’excuse lorsqu’un particulier ne peut pas rembourser un crédit, et lui propose rarement une solution de refinancement.Aujourd’hui, les banques perdent de l’argent en bourse et sur les produits financiers achetés par cooptation et copinage sur un terrain de golf ou une partie de squash.Et le contribuable français refinance les banques pour les aider à se remettre des coups de bâton (moins values) pris à wall street.

La banque achète un produit financier dont elle ne connaît rien. On se demande où est passé l’aversion pour le risque des banques ? Tout d’un coup , la banque n’a pas peur.C’est un copain, il est connu.On achète en milliard des produits financiers sans demander à quoi ça correspond ? Content d’investir à wall street ? On découvre le monde boursier ? On se rend compte que les banquiers français sont perdus, et ne savent pas très bien ce qu’ils font.

Une banque ne peut pas demander d’un côté des centaines de documents et une tonne de garantie pour octroyer un crédit de 50000 euros, et de l’autre côté investir 5 milliards d’euros sur un produit financier dont elle ne connaît rien (c’est une forme de crédit avec retour sur investissement).C’est inconcevable, et c’est la réalité.L’investissement par la rumeur , par le copinage est le quotidien des banquiers.

Une banque répondrait, ça a marché pendant tant d’année, et on a construit nos richesses en bourse.Vous parlez car pour la première fois, on perd de l’argent, et sur de longue on finira par en gagner plus.

Je dois concéder que c’est une réalité malgré que c’est sur une base hasardeuse.Cependant, je ne conçois pas un monde de finance, sans soutenir l’économie réelle par le crédit professionnel.Sans un équilibre entre l’investissement en bourse et l’investissement sur l’économie réelle, il y aura un combat rude sur les liquidités.

Les banquiers oublient parfois que la bourse n’est que la représentation de l’évolution des entreprises et des secteurs économiques…et donc la bourse n’est que la représentation indicielle de l’économie réelle.

VN:F [1.9.20_1166]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.20_1166]
Rating: 0 (from 0 votes)


Article publié dans : Bourse : toutes les infos

A LIRE AUSSI :
  • Investir dans le bois
  • Dette réelle
  • Franchise en gestion de patrimoine ou une franchise en diagnostic immobilier ?
  • Bourse turquoise:la plateforme européenne qui cherche un acquéreur ?
  • Définition psi:prestataire de services d’investissement
  • Summum pour la bourse parisienne ?
  • Conseil d’analyse stratégique:mode de financement,distribution des dividendes et investissement?
  • Produit de bourse d’investissement
  • Assurance sport de combat
  • Sûreté réelle:la garantie en droit pour un créancier sur un bien immobilier ?


  • Sujets connexes: , , , ,